Newsletter JUILLET 2018

Le mot du PCA
Cheick Tidiane CAMARA

Chers Amis,
Bonjour !


Mon adresse, aujourd’hui, est relative à un débat qui agite le microcosme du transport aérien ouest-africain. En effet, depuis peu, une « polémique » semble s’être installée entre l’équipe dirigeante d’Air Sénégal et un groupe de spécialistes sénégalais du transport aérien.


Le sujet en question m’interpelle au point que je ne peux m’empêcher d’y mêler ma voix.

Je dois tout d’abord faire remarquer que ce que nous voyons, aujourd’hui, au Sénégal n’est que le énième « remake » de ce que nous avons déjà vu au Mali, au Cameroun, au Gabon ; au Congo, etc.
Je ne porterai aucun jugement sur les compétences ou les choix de l’équipe dirigeante actuelle de la compagnie sénégalaise, car je n'ai aucun élément d'appréciation pour ce faire. Je déplore, néanmoins, le caractère vexatoire de certains propos, objet de la discorde, s’ils ont été réellement tenus.

 

Cependant, je crois pouvoir faire les observations suivantes :


- Il est totalement illusoire de croire que nos pays pourraient connaître un réel développement, en accordant peu de confiance en leurs propres capacités, en leurs ressortissants, qui sont les seuls vrais acteurs et les principaux bénéficiaires de leur mieux être. Ceci n’est point contestable ;

- Le Sénégal, plus que beaucoup de pays francophones subsahariens, dispose de compétences et d’expériences dans plusieurs domaines du transport aérien. Il est, pour le moins anormal que cet avantage ne profite pas pleinement au pays.

- Il y a nombre de professionnels du métier au Sénégal, ailleurs dans l’espace qui nous intéresse, et dans la diaspora qui, riches de leur parcours, jalonné de réussites, d’échecs réels ou attribués, en un mot de leur expérience, feraient de meilleurs managers pour nos compagnies aériennes. Il suffirait simplement pour cela, qu’ils bénéficient de la même confiance, des mêmes moyens et de la même liberté d’action que ceux que l’on accorde, de très bon gré, aux étrangers. L’actuel directeur général de Camairco en est une éloquente illustration. Il a résolument engagé le redressement de sa compagnie.

- Aucune des compagnies nationales créées juste, après Air Afrique, ne l’a été avec des nationaux aux commandes. Elles ont toutes, et sans exception, échoué.

Alors, comment expliquer la persistance de nos autorités, à confier la direction de nos outils de développement et d’intégration, à des étrangers qui aussi compétents qu’ils puissent être, ne le sont pas plus que maints nationaux ? Telle est la question !


Dans une entreprise commerciale qui démarre et où on a besoin de fédérer toutes les énergies vers des objectifs précis, il est impératif, pour le dirigeant, d’appréhender ses marchés avec tous leurs paramètres (rationnels et irrationnels), pour adapter sa politique. Pour rassembler et motiver les équipes, la justesse et la pertinence des messages qu’il émet à cette fin, ne suffisent pas. Il faut, non seulement, qu’ils atteignent les cibles visées, mais encore qu’ils leur soient intelligibles. Cela dépend très souvent de la forme qui y est mise et des canaux de transmission utilisés. Quand on ne connait pas l'environnement et la culture du pays dans lequel on dirige une entreprise commerciale, ces exigences incontournables, deviennent alors des montagnes à escalader.

Que l’on me comprenne bien, je ne fais aucun procès aux expatriés. On pourrait, tout au plus, considérer que je le fais à nos décideurs. Je ne sais que trop bien, que la coopération et les échanges entre les hommes participent, comme aurait dit un illustre Sénégalais, à la civilisation de l’Universel.

Bénéficier de l’expertise et de l’expérience étrangère, est une chose et même une très bonne chose. Brider les compétences nationales en les ignorant, en est une autre.

Vous lirez notamment dans cette édition un article de notre Directrice Générale, Délia BERGONZI, suite au Paris Air Forum et un autre de notre partenaire Frédéric Lamarche, d’ASC, sur l’Expérience Client.

Bonne lecture et bonnes vacances à tous !

Cheick Tidiane CAMARA
PCA ECTAR