Newsletter JUILLET 2016

Le mot du Président
Cheick Tidiane CAMARA

Chers Amis,

Bonjour

Les vacances s’annoncent, et certains parmi vous, les ont peut-être même déjà entamées. Je les souhaite pour tous, très bonnes. Pour ceux de l’hémisphère nord, qu’elles soient chaudes et ensoleillées.

Il est malheureusement à prévoir que ces vacances-ci ne soient pas de tout repos pour les responsables du transport aérien, notamment européens.

En effet des évènements, pour certains très tragiques, que nous avons vécus risquent de compromettre la dynamique de progression du trafic aérien que nous enregistrons depuis un certain temps déjà.

Ce sont :

  • Les dramatiques attentats terroristes qui ont eu lieu dans les aéroports de Bruxelles et d’Istanbul ;
  • Le crash du vol Egyptair;
  • Et enfin le Brexit.

Il est à craindre que les prévisions optimistes de l’IATA qui envisageait une croissance autour de 6% ne soient revues à la baisse, tant notre activité est sensible à toute crise (attentats, pandémies, crises monétaires, variation du prix du baril de pétrole.. etc.)

Le Brexit, quant à lui, pose plus de problèmes au transport aérien européen qu’il n’en résout.

En dehors de l’effet, déjà négatif, de la baisse de la Livre Sterling par rapport au dollar américain et à l’euro, dûe à cette sortie, des questions importantes, aujourd’hui, sans réponses se posent.

Quelle sera la place du Royaume uni dans le marché unique aérien européen ?

Qu’adviendra-t-il du droit des compagnies comme EasyJet, Ryanair, British Airways d’exploiter librement le marché européen ?

Jusqu’à présent elles évoluent sans contrainte en Europe. Or, de fait, le Brexit entraîne leur sortie de ce marché unique et des accords de ciel ouvert entre l’Europe et ses partenaires notamment les États-Unis.

Le Royaume-Uni pourrait-il bénéficier du même statut que l’Islande, la Norvège, ou la Suisse qui, tout en ne faisant pas partie de l’Union Européenne, profitent des avantages de son marché unique du transport aérien ?

Seules les négociations avec la Commission de l’UE, qu’imposent le Brexit pourraient en décider. C’est dire qu’il y a du chemin à accomplir. Donc « wait and see. »

La rentrée nous permettra d’y voir plus clair.

Vous lirez dans cette parution estivale "la suite" de l'article de Serge Delplace, expert normalisation, paru en janvier et intitulé « Transport aérien et développement durable : des outils pour manager ». Vous trouverez ensuite toutes vos rubriques habituelles, et notamment celle qui porte sur les formations et accompagnements proposés par ECTAR aux Aviations Civiles, ANSP et Aéroports.

Bonnes vacances à tous ! et Bonne lecture !

Cheick Tidiane CAMARA
Président du Conseil d’Administration ECTAR

Receive our trimestrial newsletter by mail