Newsletter JUILLET 2016

Le mot du Président
Cheick Tidiane CAMARA

Chers Amis,

Bonjour

 Nous sommes en tout début d’année et c’est avec un réel plaisir que je sacrifie à la vieille coutume de présentation des bons vœux.

Que 2016 apporte à chacun et à tous, santé, bonheur et prospérité !

 

2015, a été, selon IATA, une année exceptionnelle pour les compagnies aériennes, car, dit-elle, pour la première fois, les bénéfices du transport aérien  (33 milliards de dollars) devraient être enfin supérieurs au coût du capital investi.

 

Ces performances sont dues, entre autres à :

 

  • la croissance soutenue du trafic (+6,7%) avec 3,54 milliards de passagers transportés ;

  • la baisse des cours du pétrole, qui a réduit de 20,5% la facture carburant des compagnies aériennes ;

  • au niveau très bas des taux d’intérêt…. Etc.

 

D’après IATA, les augures sont également excellents pour 2016.

 

Si globalement les compagnies aériennes ont vécu une très bonne année, elles ne sont pas toutes logées à la même enseigne selon la zone.

 

Selon l’Association, les compagnies aériennes nord-américaines ont encore une fois, à elles seules, réalisé la moitié des bénéfices avec 19,4 milliards de dollars.

 

Quant aux transporteurs africains, ils devraient être déficitaires de 300 millions de dollars en 2015. Il est vrai que les multiples crises socio-politiques, ont gravement pénalisé le tourisme et ralenti la croissance dans de nombreux pays.

 

La fin de l’année a, comme d’habitude, enregistré la tenue de l’Assemblée Générale de l’AFRAA.

 

Le Congo et la compagnie Ecair ont accueilli cette manifestation à Brazzaville.

 

L’occasion nous y a été donnée d’assister à plusieurs débats très intéressants, et bien entendu, la sempiternelle question de la mise en œuvre de la Décision de Yamoussoukro (DY) a été évoquée. Cette fois-ci, elle a été au centre des sujets traités par un panel exclusivement composé de directeurs généraux de compagnies aériennes.

 

Je crois, malheureusement, que les échanges n’ont pas permis de clarifier la compréhension et la position des uns et des autres quant à :

 

  • la mise en œuvre de la DY

  • la création d’un marché unique africain du transport aérien

  • le droit de propriété de compagnies aériennes

 

La seule évidence qui m’est apparue, est que, comme partout ailleurs, les plus grands, ont pour ambition de faire place nette pour eux-mêmes, en absorbant les plus petits ou en les faisant disparaître.

 

Pour l’anecdote, j’ai été très surpris par la « plaidoirie » du représentant d’Ethiopian Airlines qui dénonçait avec force, les états africains qui défendent leur compagnie nationale. J’étais d’autant plus surpris, que de toutes les « majors » africaines (RAM, SAA, Egyptair, Kenyan Airways, … etc), Ethiopian, appartenant à 100% à l’Etat, est, sans contestation possible la compagnie aérienne africaine qui a été et qui est encore la plus protégée par son gouvernement.

 

Vous lirez dans cette première parution de l’année un article de Serge Delplace, expert normes, intitulé « Transport aérien et développement durable : des outils pour manager », qui retiendra sans nulle doute votre attention, et suscitera d’autres développement. Vous trouverez ensuite toutes vos rubriques habituelles, et notamment celle qui porte sur les formations et accompagnements, proposés par ECTAR aux Aviations Civiles et Aéroports.

  

Bonne lecture !

 

Cheick Tidiane CAMARA

Président du Conseil d'Administration

Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail