Newsletter AVRIL 2017

GT Amélioration et homogénéisation des procédures compagnies (Séminaire DGAC 22/02/2017)

Le sujet s’est avéré omniprésent pour les PN car faisant partie de leurs 2 risques les plus redoutés en vol côté PNC : le feu et le passager indiscipliné. On ne saurait aussi minimiser l’impact du paxi sur la sécurité des vols (interruption de tâche PNT et PNC, retard et syndrome Hurry‐up, rixe à bord et centrage, déroutement, feu WC).

Nous avons listé et revu les publications sur le pax indiscipliné (ICAO, EASA, DGAC, TCCA, BATA, IATA, FAA, UKFSC, Hindsight, Skybrary, Passenger Terminal World). Les bonnes pratiques IATA sont déjà très complètes sur le sujet (politique paxi, classification paxi, prévention paxi, gestion paxi) ; à enrichir avec des procédures crées pour l’occasion dans certains pays (Canadian Air Transport Security Authority, ou UK Aviation Industry Code of Practice on Disruptive Passengers).

Nous avons ensuite recensé les procédures existantes au sein de 8 compagnies aériennes françaises (AF, TVF, Hop, AirCorsica, CRL, XLF, ACA, AAF) et de leurs sous-traitants (assistants en escale essentiellement) pour y découvrir des outils faciles à implémenter (gestion de conflits, popup dans le DCS, lettre de bon comportement à signer entre 2 vols, analyse comportementale, …).

Nous avons enfin analysé de façon chronologique le parcours du passager (de son domicile à sa destination) afin d’identifier d’éventuels maillons manquants dans la chaîne d’acteurs concernés.

Nous avons l’impression à ce stade que les compagnies aériennes ont déjà beaucoup œuvré sur le sujet (formation PN, formation sol, procédures d’intervention, rapports paxi,…) et sont encore prêtes à persister, mais les freins et obstacles sont maintenant essentiellement hors de leur champ d’action.

L'étude de ce dossier à mis en évidence la nécessité de travailler avec tous les acteurs car nous ne pourrons réussir seuls.

La communication vers le grand public et donc vers le passager devrait être renforcée en affichant clairement la politique paxi nationale (tolérance zéro) et le barème des mesures répressives encourues pour chaque acte du paxi (amendes, poursuites, sanctions, sentence). L’objectif étant de combattre l’impunité par l’éducation, la sensibilisation, la prévention et la dissuasion.

La coordination des acteurs aéroportuaires devrait être améliorée pour atteindre une chaîne d’alerte complètement intégrée : chaque passager passe au poste d’inspection filtrage avec le minimum vestimentaire, certains bénéficiant même d’un contact rapproché lors de la palpation, alors pourquoi ne pas créer un signalement « suspicion paxi » vers la compagnie aérienne ?

De même les employés de bars & restaurants peuvent être témoins de passagers s’oubliant dans l’alcool et devraient aussi alerter la compagnie concernée.

La simplification et facilitation de la gestion juridique des paxi pour les navigants à la sortie de leurs vols seraient essentielles pour éviter leur démotivation. De même, les sanctions devraient être garanties, adaptées, et ensuite médiatisées afin de boucler la communication précédemment citée vers le grand public.

Pour que « être Pax ou PN reste toujours un plaisir » grâce à une approche unifiée, collective et équilibrée de la prévention et de la gestion des paxi par les gouvernements et l’industrie.

Yann DUVAL

Directeur de l'Exploitation

AIGLE AZUR

Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail