Newsletter AVRIL 2016

Le mot du Président
Cheick Tidiane CAMARA

Chers Amis,

Bonjour

 Vous savez sans doute que le 1er juin prochain l’assemblée générale de l’IATA entérinera la nomination de Alexandre de JUNIAC, actuel PDG d’Air France-KLM, comme directeur général. Il succèdera ainsi à Tony Tyler. Il sera le septième et le premier français Directeur Général de la vénérable association.

L’IATA (International Air Transport Association) a été créée à La Havane (Cuba) à en avril 1945.  Elle a pour objectif de : « favoriser le développement du transport aérien en unifiant, coordonnant les normes et règlements internationaux ».

Pour ce faire, l’Association intervient dans plusieurs domaines. Ces dernières années, par exemple, elle pris des mesures concernant :

  • La sécurité ;  en édictant des normes strictes  des procédures d’exploitation pour les compagnies aériennes, avec le programme IOSA (IATA Operational Safety Audit),

  • L’amélioration, la modernisation des services et la réduction des coûts avec le programme StB (Simplifying the Business), … etc.

Jusqu’en octobre 1978, date de l’entrée en vigueur de l'« Airline Deregulation Act » aux Etats Unis, IATA était considérée, par beaucoup, comme le cartel des grandes compagnies aériennes.

Le grand spécialiste Jean-Louis BAROUX, fondateur d'APG (Air Promotion Group), disait il y a quelques années dans une chronique : « Eh bien quoi qu’on en pense, cette organisation est encore terriblement puissante. D’abord parce qu’elle contrôle le BSP (Billing Settlement Plan) qui gère dans la quasi-totalité des pays du monde - à la notable exception des Etats Unis - la billetterie neutre […] A ce formidable moyen de contrôle du transport aérien se rajoute l’Interline Clearing House…. »

La puissance de l’institution est, encore aujourd’hui, sans pareille dans le transport aérien commercial mondial.

Elle regroupe presque 93% des compagnies aériennes et dispose d’un budget annuel de près de 500 millions de dollars. Ce budget est financé par les cotisations de ses membres, la vente de ses publications et de ses statistiques, la formation et le conseil, entre autres.

Elle gère à travers le Clearing House, autour de 380 milliards de dollars provenant des échanges de billetteries entre ses membres.

Ses diktats, disent notamment les distributeurs, deviennent de plus en plus insupportables. Elle se trouve, en ce moment même dans le collimateur de leurs associations en France et en Europe, à cause de nouvelles dispositions qu’elle a adoptées à savoir que :

- A partir du 1er juillet 2016,  les ratios de liquidité disparaissent pour laisser place à des critères de résultats comptables des agences, ayant trait notamment au niveau de leur EBITDA ou BAIIA (Bénéfices Avant Intérêts, Impôts et Amortissements).

- Les agences vendues qui changent de propriétaires  seront, de ce seul fait, considérée comme  une ’agence accréditée depuis moins de deux ans. Conditions naturellement plus sévères

- Dès le 1er avril 2017, la fréquence de paiement du BSP sera  bimensuelle.

Ces nouvelles mesures ont du mal à passer et augurent de belles passes d’armes entre compagnies aériennes et distributeurs.

Pour parler d’autre chose, vous avez tous lu qu’Ethiopian Airlines déploie sur Abidjan le B-787 Dreamliner en quotidien. Excellente nouvelle pour cette plateforme ! Mais, la question que je me pose est la suivante : quelle conséquence pour le mini-hub, à Lomé, de la même compagnie à quelques « encablures » d’Abidjan ?

Vous lirez dans cette parution, « A-t-on encore besoin des MIDT ? », un article de Christian PERCHAT, quelques informations sur nos formations Aviation Civile et des actualités concernant notre Cabinet et nos clients.

Bonne lecture !

 

Cheick Tidiane CAMARA

Président du Conseil d'Administration

Receive our trimestrial newsletter by mail