Actualités

mer.

26

oct.

2016

Video de présentation d'ECTAR en ligne !

0 commentaires

lun.

12

sept.

2016

« Network update »: de nouvelles destinations et plus de vols vers le soleil

Bruxelles, Belgique (PANA) – Brussels Airlines se prépare déjà pour l’hiver et le printemps prochains, a-t-on appris, vendredi, de sources proches de la compagnie aérienne.

Des fréquences supplémentaires seront ajoutées au réseau africain et le réseau intercontinental proposera dès cet été Mumbai comme nouvelle destination.

Crée le 7 novembre 2006, Brussels Airlines, membre de Lufthansa Group et de Star Alliance, est la compagnie aérienne belge qui offre le plus grand choix de vols.

Les 3.500 employés et 49 avions du groupe Brussels Airlines assurent plus de 300 vols quotidiens ponctuels qui relient la capitale de l’Europe vers pas moins de 90 destinations en Europe, en Afrique, aux Etats-Unis et au Canada. PANA CF/IS/IBA ; .panapress.com

0 commentaires

dim.

11

sept.

2016

L’EASA et la FAA demandent de ne pas utiliser les Samsung Galaxy Note 7 en avion

L’Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) et la Federal aviation administration (FAA) américaine ont toutes deux demandé vendredi aux passagers de s’abstenir d’utiliser durant les vols leurs Samsung Galaxy Note 7, dont la batterie est susceptible de prendre feu. Il est également décommandé de les laisser dans les bagages en soute.

Samsung a suspendu la semaine dernière la commercialisation du Samsung Galaxy Note 7, après que certains ont pris feu. “35 cas ont été rapportés dans le monde” , a précisé le géant sud-coréen dans un communiqué, tout en reconnaissant l’existence de “problèmes sur la batterie” du nouveau smartphone.

“A la suite de la communication officielle de Samsung sur les problèmes du Galaxy Note 7, l’EASA conseille aux passagers et aux membres d’équipage de conserver éteints ces appareils et de ne pas les recharger à bord de l’avion, ni de les laisser à l’intérieur des bagages enregistrés en soute” , a indiqué le 9 septembre l’agence européenne dans un communiqué.

La FAA a également émis une recommandation analogue le même jour. Plus tôt cette semaine, les compagnies aériennes Qantas et Virgin Australia ont demandé aux passagers de ne pas utiliser ce type de téléphone mobile durant les vols.

Les recommandations de l’EASA et de la FAA n’ont pas valeur de réglementation et laissent donc le soin aux compagnies aériennes de décider elles-mêmes si elles interdisent ou non l’utilisation du Samsung Galaxy Note 7 à bord. Plus largement, elles soulignent que les appareils électroniques ne sont pas sans poser certains problèmes de sécurité en vol. L’EASA rappelle ainsi aux passagers qu’il y a lieu de prévenir l’équipage lorsqu’un smartphone (ou une tablette) est endommagé, émet une chaleur anormale, produit de la fumée, tombe à l’intérieur du siège ou est égaré.

Par ailleurs, l’OACI a proscrit en avril dernier l’expédition en vrac des batteries-lithium ion dans la soute des avions passagers. Jérôme RENAUD /airinfo.org

0 commentaires

dim.

11

sept.

2016

Angola: Ouverture d’une réunion des contrôleurs du trafic aérien de la SADC

Luanda – La réunion de coordination des contrôleurs de la circulation aérienne de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a commencé mardi, à Luanda, dans le but de parvenir à une amélioration significative dans le domaine de la gestion de l’aviation civile dans la région.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire d’Etat aux Transports pour l’aviation civile, Mario Dominguez, qui a encouragé les personnes présentes à aborder avec rigueur les problèmes que le secteur affronte dans la communauté.

Il a estimé que des réunions de coordination étaient importantes car elles permettent la concertation d’idées sur des questions d’intérêt commun dans l’industrie aéronautique, dans le cadre du développement global de navigation.

Selon le responsable, l’attente de la réunion est que les discussions autour de contraintes opérationnelles présentées par les pays membres produisent des conclusions et recommandations pour apporter des améliorations dans les services de navigation aérienne.

Durant quatre jours, les participants discuteront de divers thèmes tels que « Analyse des non-conformités autour des processus de gestion du trafic aérien », « Approche sur les innovations technologiques dans l’industrie aérospatiale dans la perspective du CNS/ATM » et « Analyse des facteurs les contribuables en cas d’incidents de trafic aérien ».

Intègrent la SADC l’Angola, l’Afrique du Sud, le Botswana, la République Démocratique du Congo (RDC), le Lesotho, Madagascar, le Malawi, l’île Maurice, le Mozambique, la Namibie, le Swaziland, la Tanzanie, la Zambie, les Zimbabwe et les Seychelles. .angop.ao/angola/fr_fr

0 commentaires

mer.

31

août

2016

Casablanca: Les agences de voyages en débat autour du procédé NewGEN ISS de l’IATA

Les fédérations et les associations des agences de voyages des pays de l’Afrique et du Moyen-Orient ont tenu mardi à Casablanca, un forum qui a été consacré notamment au « New GEN ISS », nouveau procédé de l’Association internationale du transport international (IATA) relatif au transport des passagers.

Le New GEN ISS comprend quatre propositions de réformes à savoir les trois niveaux d’accréditation (paiement facile, accréditation standardisée et accréditations multiples par pays), un nouveau système de notation des agences qui prendrait en compte une série de critères nouveaux, un nouveau système de limite des crédits aux agences et un nouveau système d’assurance financière globale.

Organisé par la Fédération nationale des agences de voyage du Maroc (FNAVM), ce forum, qui a été marqué par la participation de représentant de l’IATA, a permis également aux voyagistes africains et du Moyen-Orient de présenter des propositions et des demandes en vue d’une révision du programme actuel de l’IATA.

S’exprimant à cette occasion, le président de la FNAVM, Amal Karioun a fait savoir que le New GEN ISS qui contient des règles strictes et de lourds critères financiers a été mis en place de manière unilatérale de la part de l’IATA sans une implication directe des acteurs concernés notamment les agences de voyages et les institutions qui les représentent, appelant à une négociation du contenu de ce procédé dans le but de son adaptation aux contraintes des agences de voyages et définir de manière concertée un modèle économique tenant en compte les intérêts de toutes les parties.

Plusieurs questions ont été abordées lors de ce forum relatif notamment à l’utilité de garder l’accréditation IATA, à la capacité du nouveau système de détecter efficacement les fraudes liées aux activités des ventes et aux possibilités de révision de la résolution IATA 890. Aeronautique.ma / MAP

0 commentaires

mar.

09

août

2016

Air France ouvre Accra

Air France-KLM a annoncé lundi l’ouverture d’une liaison par Air France entre Paris et Accra, la capitale du Ghana.

Selon un communiqué du 8 août, Air France proposera trois vols hebdomadaires à destination d’Accra au départ de Paris-Charles de Gaulle, dès le 28 février 2017.

A compter de cette date et jusqu’au 27 mars 2017, le vol AF780 est prévu avec un départ de Paris-Charles de Gaulle les mardis, jeudis et samedis à 13h30 et une arrivée à l’aéroport international d’Accra à 19h05. Au retour, le vol AF731 quitte Accra à 22h25 pour se poser à Paris-Charles de Gaulle à 6h00 le lendemain.

A partir du 28 mars 2017, les horaires sont modifiés, avec un départ de Paris-Charles de Gaulle les mêmes jours à 15h30 et une arrivée à Accra à 19h50. Au retour, le départ d’Accra s’effectue à 23h40 pour une arrivée à Paris-Charles de Gaulle à 8h00 le lendemain.

La ligne sera opérée en Airbus A330-200 tri-classes d’une capacité de 208 sièges jusqu’au 27 mars 2017, puis en Boeing 777-200ER tri-classes proposant 312 sièges et équipés des dernières cabines de voyages BEST pour toute la saison été.

“Air France se développe ainsi sur l’un des plus importants marchés du continent africain pour le trafic depuis et vers l’Europe ainsi que l’Amérique Nord” , a indiqué Air France-KLM.

“Ces trois vols hebdomadaires renforcent la présence d’Air France en Afrique, et, au-delà, celle du Groupe Air-France-KLM puisque KLM dessert déjà quotidiennement Accra au départ d’Amsterdam” , explique Frédéric Gagey, Président-directeur général d’Air France.

“Grâce à cette nouvelle liaison, nous allons offrir des opportunités de correspondance accrues à Paris-Charles de Gaulle que ce soit depuis et vers l’Europe ou l’Amérique Nord. Nous voulons également soutenir l’économie dynamique du Ghana, portée par le développement de l’industrie pétrolière. Enfin, notre réseau long-courrier s’étoffe ainsi dans une région du monde où nous sommes déjà un leader” , ajoute le dirigeant.

Air France sera sans concurrence directe entre Paris et Accra et rejoint sur le tarmac de l’aéroport Kotoka d’Accra plusieurs opérateurs européens, outre sa compagnie soeur KLM : British Airways, Brussels Airlines, Lufthansa, Meridiana, TAP Portugal, Vueling, voire Turkish Airlines, opèrent également vers la capitale ghanéenne. Emirates, Royal Air Maroc, Middle East Airlines (MEA) et Ethiopian Airlines sont également présentes. Iberia pour sa part a interrompu son service au printemps dernier.

Accra devient la deuxième nouveauté long-courrier d’Air France pour la saison hiver 2016-2017, après San José du Costa Rica qui sera ouverte dès novembre.

Air France-KLM en Afrique

Air France-KLM se dit “très présent en Afrique” , où il propose aujourd’hui 46 destinations. Par ailleurs, grâce à son partenariat de joint-venture avec Kenya Airways, le groupe offre davantage de fréquences de vols entre l’Europe et l’Afrique avec 18 destinations supplémentaires : Addis Abeba (Éthiopie), Blantyre (Malawi), Bujumbura (Burundi), Harare (Zimbabwe), Khartoum (Soudan), Lilongwe (Malawi), Livingstone (Zambie), Lubumbashi (République Démocratique du Congo), Lusaka (Zambie), Mayotte, Maputo (Mozambique), Mombasa (Kenya), Moroni (Comores) Nampula (Mozambique), Ndola (Zambie), Zanzibar, Gaborone (Botswana), Malindi (Kenya).

Le Groupe profite également d’un accord de partage de codes avec les compagnies aériennes sud-africaines Comair et kulula.com, et propose ainsi 5 autres destinations en Afrique du Sud via Johannesbourg ou Le Cap : Durban, Port Elizabeth, East London, George, Lanseria.

Enfin, depuis 2012, Air France est le partenaire stratégique d’Air Côte d’Ivoire. En mai 2012, Air France a soutenu la création de cette compagnie, aux côtés de l’état ivoirien, grâce à un investissement dans son capital initial à hauteur de 20%. Jérôme RENAUD /airinfo.org

0 commentaires

mar.

09

août

2016

Ghana Aviation Award: Asky, compagnie aérienne la plus prometteuse de l’année

(ASKY) – ASKY, la compagnie aérienne panafricaine avec le plus grand réseau en Afrique de l’ouest et du centre, a le plaisir de vous annoncer qu’elle s’est vue sacrée « COMPAGNIE AERIENNE LA PLUS PROMETTEUSE DE L’ANNEE » lors de la soirée de la Ghana Aviation Award qui s’est tenue le vendredi 29 juillet 2016 à Accra (Ghana).

Cette récompense vient couronner les performances remarquables de la compagnie ainsi que son plan de croissance.

A propos de ASKY

ASKY est la Compagnie Aérienne Panafricaine qui a été créé par les institutions régionales: la Banque d’Investissement et de Développement (BIDC), la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et le Groupe ECOBANK. La compagnie est une société commerciale de droit privé et géré par des professionnels expérimentés issus d’Afrique.

Elle a été désignée Compagnie Africaine de l’année en 2014 par le « Africa CEO Forum » et a aussi été reconnue Meilleur Transporteur court-courrier (Afrique de l’Ouest) et Meilleure compagnie aérienne court-courrier (Afrique) par le Africa Travel Awards la même année.

La compagnie aérienne panafricaine a effectué son premier vol 2010, son réseau actuel couvre 22 villes dans 19 pays avec une des flottes les plus modernes de la région composée de huit (08) avions de nouvelle génération dont trois (3) Boeing 737-700, un (1) Boeing 737 – 800 et quatre (4) Bombardier DHC-8-400. Rédigé par Roger ADZAFO : .africatopsuccess.com

0 commentaires

jeu.

04

août

2016

Signature d’un contrat d’assistance technique entre Ethiopian Airlines et Lufthansa Technik

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) – La compagnie aérienne, Ethiopian Airlines, a signé avec Lufthansa Technik, un contrat d’assistance d’une durée de 10 ans pour la fourniture de composants de sa prochaine flotte d’Airbus A350, annonce mardi un communiqué transmis à la PANA.

Ce contrat d’assistance, dénommé « Total Component Support », va porter sur la maintenance des pièces, la réparation et la révision, ainsi que l’accès à toute une gamme de pièces de rechange de 14 Airbus A350.

Le service Total Component Support (TCS) de Lufthansa Technik offre aux opérateurs une disponibilité optimale des composants pour éviter aux compagnies d’avoir à mettre en place et de maintenir leurs propres stocks de pièces de rechange.

Le directeur d’exploitation d’Ethiopian Airlines, Mesfin Tasew, a salué une collaboration de longue durée avec Lufthansa Technik pour sa flotte de Boeing 787 qui remonte à 1990, tout en étant convaincu de recevoir le même soutien professionnel pour sa nouvelle flotte d’Airbus A350.

Pour le vice-président principal Component Service de Lufthansa Technik, Harald Gloy, ce nouveau contrat favorise leur partenariat avec Ethiopian Airlines, « un partenaire solide et prospère en Afrique et au-delà ».

En juin dernier, Ethiopian Airlines avait annoncé la mise en exploitation sur ses lignes d’Airbus A350 XWB africain nommé « Monts Simien ».

La flotte d’Ethiopian Airlines comprend des avions ultra-modernes et respectueux de l’environnement tels que le Boeing 787, le Boeing 777-300ER, le Boeing 777-200LR, le Boeing 777-200 Freighter et le Bombardier Q-400 à double cabine. PANA BAL/JSG : .panapress.com

0 commentaires

mar.

02

août

2016

Le Maroc et le Cambodge renforce leur coopération dans l’aviation civile

Le Maroc et le Cambodge ont signé à Rabat un accord pour la mise en place d’une liaison aérienne pour le transport de personnes ou de fret, et d’opter pour un partage de code avec des compagnies remplissant toutes les conditions requises.

Le Maroc et le Cambodge renforce leur coopération dans l’aviation civile Le Maroc et le Cambodge renforce leur coopération dans l’aviation civile

Les deux pays veulent renforcer leur coopération technique en matière d’aviation civile. L’accord a été signé par le directeur général de l’Aviation civile, Khalid Cherkaoui et le secrétaire d’Etat chargé de l’aviation civile au Cambodge, Mao Havannall. Le Maroc pourra apporter son assistance et son expertise à l’autorité de l’aviation civile du Cambodge, qui se prépare à un audit, en fin d’année, de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Les deux parties ont décidé d’opérer 7 vols hebdomadaires qu’il s’agisse de passagers ou de transport de marchandises avec un partage de code avec les compagnies aériennes « dont celles d’un troisième pays, à condition que ces compagnies aient des droits de trafic qui en découlent et remplissent toutes les conditions normalement appliquées à de telles opérations ».

Selon l’accord aussi, les délégations des deux pays conviennent d’explorer d’autres domaines de coopération, notamment « les stages, la maintenance, la manutention au sol et d’autres opérations aéroportuaires ».

L’accord a été signé en présence de plusieurs responsables du ministère de l’Equipement, du transport et de la logistique et de la compagnie aérienne nationale, Royal Air Maroc. Aeronautique.ma / MAP

0 commentaires

mar.

02

août

2016

131è Session du conseil d’administration de l’Asecna : Edgar Alain Mebe Ngo’o plaide le transport aérien pour tous

Le ministre des Transports (Mintransports) du Cameroun qui a présidé ces assises de l’Agence pour la sécurité de la navigation en Afrique et à Madagascar hier 27 juillet 2016 à Yaoundé, a expliqué cela par l’impératif « de se déplacer et d’assurer la circulation des biens et marchandises ».

Ouvert depuis lundi dernier dans la capitale camerounaise, le séminaire des instances statutaires annuelles de l’Asecna, a gagné en intensité hier avec l’ouverture de la 131è Session du conseil d'administration de cette instance continentale. Ledit conseil d'administration, précise-t-on, a été précédé par plusieurs conclaves des commissions. Lesquels conciliabules à en croire les organisateurs, s’inscrivent en droite ligne du Comité des ministres prévu le 30 juillet.

« Dans un monde marqué par l’interpénétration des peuples et l’interdépendance des économies, le besoin de se déplacer et d’assurer la circulation des biens et marchandises s’impose comme un impératif à l’échelle internationale », a soutenu Edgar Alain Mebe Ngo’o dans son allocution inaugurale des travaux de la capitale camerounaise. L’ancien ministre de la Défense, reconnaissant la prééminence du transport par route en Afrique, a cependant fait remarquer la montée progressive du trafic aérien. Mode de transport qui selon lui, a la plus value d’être plus rapide et sûr.

Bien d’observateurs ont été unanimes que l’Asecna a considérablement contribué au décollage de l’aviation civile. « En effet, par son expertise, les importants investissements mobilisés pour doter ses centres opérationnels d’équipements techniques de pointe, ses conseils pertinents et la formation rigoureuse de ses cadres, l’ASECNA a été un acteur déterminant dans l’émergence d’une aviation civile performante dans ses Etats membres », argue-t-on.

Le Min transports a pour le reste, exhorté les administrateurs de l’Asecna à étudier avec diligence les questions soumises à leur attention en vue d’une plus grande lucidité et efficience dans la prise de décision par les ministres des Etats membres, lors de leur Comité qui se tient samedi prochain. Cette 131è Session du conseil d'administration de l’Asecna, apprend-on, se penche sur une kyrielle de points de points dont les conclusions de l’audit relatif à la masse salariale et à la détermination des effectifs-cibles dans tous les corps de métiers de l’Agence ; exclusion faite de celui des contrôleurs, l’audit sur la facturation et le recouvrement et l’approbation des comptes de l’exercice 2015.

Créée à Saint Louis du Sénégal le 12 décembre 1959, l’Asecna, dit-on, est un modèle d’organisme régional et autonome voué à la gestion intégrée des espaces aériens et à la fourniture de service de sécurité de la navigation aérienne. Au cours de la dernière décennie, Camer.be a appris que l’organisation, a consenti 10 milliards francs Cfa pour les aéroports internationaux du Cameroun (Douala, Garoua, et Yaoundé-Nsimalen). Fonds qu’on dit avoir servi à l’achat de radars, l’érection d’une centrale électrique, le balisage, la réhabilitation des tours de contrôle. A cela, il faut adjoindre la simulation, la construction d’un centre de contrôle régional équipé d’un système avancé de gestion et de visualisation du trafic aérien. .camer.be

 

0 commentaires
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail