Ataf Membre de l’ATAF depuis 2016

Les pilotes de ligne du SNPL menacent de faire une grève dure en mai

Selon nos informations, le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), qui représente l’ensemble des compagnies françaises mais aussi Easyjet et Vueling, a envoyé un préavis de grève à Matignon et aux ministères des Transports et du Travail pour exiger le maintien de la représentativité spécifique des pilotes et de la caisse de retraite du personnel navigant. Un courrier, envoyé à tous les dirigeants de compagnies, précise les dates du préavis : du lundi 6 mai à 00h01 au samedi 11 mai 23h59. Un référendum au sein des pilotes a débuté pour pouvoir durcir le mouvement.

Un an après les 15 jours de grève à Air France, les tensions sociales sont de retour dans le ciel français. Elles ne concernent pas uniquement le groupe Air France comme l’an dernier mais l’ensemble des compagnies aériennes françaises (Aigle Azur, Air Austral, Air Caraïbes, Corsair, XL Airways…) et les compagnies étrangères basées dans l’Hexagone comme Easyjet et Vueling.

Selon nos informations, le SNPL (Syndicat national des pilotes de ligne) a envoyé un préavis de grève nationale au premier ministre Edouard Philippe, à la ministre des Transports Elisabeth Borne et à la ministre du travail, Muriel Pénicaud. Dans un courrier envoyé à tous les dirigeants des compagnies aériennes que La Tribune s’est procuré, le SNPL précise les dates : du lundi 6 mai à 00h01 au samedi 11 mai 23h59.

Le SNPL ne revendique pas une amélioration des conditions de travail ou de salaire. Mais tire la sonnette d’alarme sur la menace qui pèse sur le maintien de la représentativité spécifique des pilotes au sein d’une branche du transport aérien que le syndicat des pilotes redoute de voir apparaître dans la loi sur les mobilités (LOM) qui va être examinée en mai en commission à l’Assemblée nationale.

La crainte de voir les autres catégories de personnel négocier à leur place

Auquel cas, ce serait la branche du secteur (dans laquelle les syndicats de personnels au sol sont majoritaires) qui négocierait tous les sujets spécifiques aux pilotes.

« Une ligne rouge », a dénoncé le SNPL dans un tract envoyé il y a une dizaine de jours en expliquant que « cette remise en cause serait sans nul doute un préalable à la disparition de notre capacité à négocier au niveau de l’entreprise. »

Autre sujet d’inquiétude: la disparition de la caisse de retraite des personnels navigants (CRPN) dans le cadre de la réforme des retraites qui se profile. Le SNPL demande des garanties pour le maintien des dispositions actuelles.

Un référendum a été lancé pour autoriser la direction du SNPL à prolonger le conflit au-delà de six jours et à valider la stratégie sur les retraites. Interrogé, le syndicat n’a pas souhaité faire de commentaire. Matignon n’était pas en mesure de nous répondre. Le ministère des Transports non plus.

Par Fabrice Gliszczynski

https://www.latribune.fr/