Boeing 737 MAX: FAA, Ethiopian, Norwegian – et l’avis de Sully

Des experts externes vont étudier les processus de certification de la FAA pour le Boeing 737 MAX, pendant que le pilote Chesley « Sully » Sullenberger, rendu célèbre par son amerrissage sur l’Hudson, donnait son avis sur ce qui n’allait pas. Ethiopian Airlines a affiché son soutien à l’avionneur, mais la low cost Norwegian Air Shuttle a annulé en partie dix jours de dessertes entre l’Irlande et les Etats-Unis.

Le ministère américain au transport (DoT) va former un comité spécial composé « d’experts indépendants » pour passer en revue le processus de certification de l’Autorité fédérale de l’aviation (FAA), et la délégation de certains éléments à Boeing qui lui a permis de mettre sur le marché un 737 MAX dont le manuel mentionnait à peine le système MCAS, au cœur de toutes les questions concernant les crashes d’Ethiopian Airlines et Lion Air (346 victimes en cinq mois). Les conclusions du comité, dirigé par le général à la retraite de l’US Air Force Darren McDew et le commandant de bord Lee Moak, ancien président du syndicat Air Line Pilots Association, seront remises à la FAA ainsi qu’à Elaine Chao, la secrétaire aux transports qui doit déjà comparaitre mercredi devant une commission du Congrès. Elle a déclaré hier que ces conclusions « aideront à déterminer si des améliorations peuvent être apportées au processus de certification ». Le nouvellement nommé directeur de la FAA Dan Elwell doit lui aussi répondre aux questions des députés demain. Boeing a salué la formation du comité spécial, avec qui il entend « faire progresser notre objectif commun, à savoir une industrie de l’aviation qui soit sûre et qui suscite la confiance du public voyageur. La sécurité est notre priorité absolue lorsque nous concevons, construisons, livrons et entretenons des avions ». Rappelons que le constructeur a convié demain quelque 200 représentants des compagnies aériennes,  « leaders techniques » et régulateurs à une réunion d’information sur cette mise à jour du MCAS et de la formation attenante.

Côté compagnies aériennes, l’avionneur leur a demandé de placer commande « par les procédures standards » pour la mise à jour logicielle du système MCAS, qui a été présenté la semaine dernière à American Airlines, Southwest Airlines, United Airlines, TUI Fly Belgium et un autre opérateur non précisé des 737 MAX. Le VP Communication de Boeing Gordon Johndroe a précisé que cette mise à jour sera bien sûr gratuite, mais qu’elle ne sera bien sûr livrée qu’une fois certifiée par la FAA – et les autres régulateurs comme l’EASA ou Transport Canada pour les transporteurs non-américains. La FAA a d’ailleurs déclaré qu’elle chercherait à un consensus avec ses homologues avant d’annoncer la certification de cette mise à jour, afin selon des sources internes de « mettre fin à l’impression qu’elle est dans la poche de Boeing »..

Quelque peu malmenée par une partie de la presse américaine, qui l’accuse de ne pas fournir aux enquêteurs américains toutes les informations disponibles durant l’analyse des boîtes noires du vol ET302, Ethiopian Airlines a réaffirmé hier son soutien au constructeur : « Soyons clairs: Ethiopian Airlines croit en Boeing », a déclaré dans un communiqué le CEO Tewolde Gebremariam ; « malgré la tragédie, Boeing et Ethiopian Airlines continueront à entretenir des relations pendant de nombreuses années » (les deux-tiers de sa flotte de 113 avions sont fournis par Boeing, aux côtés d’A350 et de Q400). Norwegian Air Shuttle a en revanche annoncé un quasi-arrêt des vols en Irlande du 31 mars au 10 avril : les départs de Cork et Shannon sont suspendus, faute d’avions. Le Dublin – Stewart désormais opéré en 787 Dreamliner est maintenu, tandis qu’un 737-800 reliera la capitale irlandaise à Hamilton et à Providence. Les passagers affectés ont été replacés sur d’autres vols.

par François Duclos / https://www.air-journal.fr