Trois Embraer pour renforcer la flotte d’Air Burkina

Plus d'un an après le départ de l'Aga Khan, Air Burkina s'est allié au danois Nordic Aviation Capital pour renforcer sa flotte. La compagnie s'apprête à acquérir trois nouveaux appareils de location, pour plus de 4,6 millions d’euros.

Courtisée par les différents constructeurs du marché – le brésilien Embraer, le canadien Bombardier et le franco-italien ATR notamment, Air Burkina a finalement choisi les Embraer de Nordic Aviation Capital, une société danoise spécialisée dans la location d’avions, pour son plan de développement.

Le transporteur aérien burkinabè, qui a déjà réceptionné lundi 19 novembre un premier Embraer 195 de 104 places, explique que l’opération s’inscrit dans le cadre de son programme stratégique élaboré par le cabinet McKinsey. « Nous avons acquis sous forme de leasing trois avions dont deux Embraer de 104 places », a déclaré à Jeune Afrique Blaise Sanou, aux commandes d’Air Burkina depuis mai 2017. D’après nos estimations, le coût annuel d’acquisition de ces appareils – hors maintenance – s’élève à plus de 4,6 millions de dollars.

Nordic Aviation Capital a précisé pour sa part que la livraison des deux appareils restant est prévue en décembre 2018 et en janvier 2019. « Nous sommes ravis d’accueillir Air Burkina en tant que nouveau client pour soutenir le renouvellement de sa flotte », a déclaré Martin Møller, président de la Nordic Aviation Capital, cité par un communiqué de la société.

Trafic local modeste

Le ministre burkinabè des Transports, Vincent Dabilgou qui a entériné l’accord le 17 novembre dernier à Varsovie, en Pologne, salue une étape décisive pour moderniser la flotte et développer le réseau d’Air Burkina.

Malgré 150 000 passagers transportés en 2017, le trafic local d’Air Burkina reste modeste, si bien qu’il lui est difficile d’atteindre l’équilibre. L’arrivée de ces trois appareils devrait lui permettre d’équilibrer ses comptes dès la fin 2019 et in fine d’absorber son déficit estimé à 1 milliard de francs CFA (1,52 millions d’euros). Les pertes annuelles s’établissent autour de 3 milliards de FCFA. « Nous allons élargir notre réseau et ouvrir de nouvelles destinations », assure l’ancien pilote de l’armée de l’air burkinabè.

Nouvelles destinations et ouverture du capital

Depuis le départ en mai 2017 du Fonds Aga Khan pour le développement économique de son capital, la compagnie s’attèle à déployer un nouveau plan de vol. D’après nos informations, des destinations telles que le Nigeria, la Guinée-Conakry sont dans le viseur des dirigeants de la compagnie. En Afrique du Nord, c’est Tunis (Tunisie) et Casablanca (Maroc) qu’Air Burkina entend desservir.

La compagnie nationale burkinabè prépare l’ouverture de son capital de 691 millions de FCFA au privé, avec la création d’une société d’économie mixte. Les détails de l’opération ne sont pas encore connus. Avec un taux de remplissage de 67 %, la doyenne des compagnies aériennes d’Afrique de l’Ouest a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 17 milliards de FCFA, en hausse de 6,5 % sur un an. Pour cette année, Air Burkina vise le cap des 18 milliards de FCFA.

Par - à Ouagadougou            https://www.jeuneafrique.com/