Les contrôleurs aériens du continent en conclave

Brazzaville, la capitale du Congo, abrite depuis ce mercredi 18 juillet 2018, la 3e Assemblée Générale de la Fédération des Associations des Contrôleurs aériens (FACAA) de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar(ASECNA).

C’est l’auditorium de l’aérogare international Maya Maya qui sert de cadre de travail à ces assises qui regroupent une soixantaine de délégués venus de 17 pays africains (Bénin – Burkina – Cameroun – Centrafrique – Congo – Côte d’Ivoire – France – Gabon – Guinée – Bissau Guinée Equatoriale – Madagascar – Mali – Mauritanie – Niger – Sénégal – Tchad – Togo – Union des Comores).

Cette Assemblée générale qui s’étale sur trois jours est placée sous le thème « le défi du guidage radar dans un contexte de ciel unique à l’ASECNA ». La cérémonie d’ouverture a été présidée par le NGATSONO Raphael, le Directeur de Cabinet du ministre congolais des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande. Y ont pris part les Directeurs des Ressources Humaines et de l’Exploitation Aérienne de l’ASECNA, le Directeur des Aéroports de Brazzaville et Ollombo, les Représentants des compagnies aériennes et plusieurs officiels des départements sectoriels impliqués.

Dans son allocution d’ouverture, le Directeur de cabinet a rendu hommage aux contrôleurs aériens qui selon lui « restent la clé de l’industrie du transport aérien ». Il a salué à cet effet l’ASECNA pour « la maitrise de sa gestion et à l’engagement professionnel qualificatif de son personnel en général et des contrôleurs aériens en particulier ».

Joachim Tchissambou M’ Boundou, Représentant de l’ASECNA Congo, pour sa part, s’est félicité du « pas décisif » que vient d’amorcer l’ASECNA pour « l’amélioration de ses prestations au profit de ses usagers de l’air » en basculant progressivement dans la fourniture des services aériens avec Guidage Radar dans l’ensemble de ses centres. IL a invité les contrôleurs à « continuer à cultiver les valeurs de professionnalisme et de dévouement au sein de leur corporation et à œuvrer pour la valorisation de ce métier en tenant en compte des enjeux futurs ».

En démarrant ces travaux, le Burkinabé Zida Alain Mathieu en sa qualité de président de la FACAA a exhorté les contrôleurs « à faire preuve de professionnalisme et de rigueur dans l’exercice quotidien de nos fonctions et de saisir l’occasion de la présente rencontre pour prendre des résolutions de nature à faire la promotion du métier de contrôleur ». Il s’agit d’une profession qui fait « face à beaucoup de défis de plusieurs ordres de part sa spécificité, sa complexité et ses exigences notamment la formation en elle-même, la compétence linguistique en Anglais, la justification d’un certificat médical de classe 3 pour l’obtention de la Licence, l’évolution de carrière, le système de rémunération, la mobilité d’un centre à un autre et bien d’autres » a insisté Daniel Batassoua, Président de l’Association Professionnelle des Contrôleurs Aériens du Congo.

https://newsaero.info