Airbus-Boeing, un duopole intouchable comme jamais

Les jeux sont faits. Avec la mise en place effective de la Société en commandite Avions CSeries (SCALP) qui commercialise la toute nouvelle famille Airbus A220 et l'annonce de la création d'une coentreprise entre Boeing et Embraer dans les avions commerciaux, les deux grands avionneurs mondiaux viennent d'enrichir leur gamme respective à relativement peu de frais, même si le point d'amortissement semble évidemment un peu plus important pour l'avionneur américain.

Ces deux rapprochements sont aussi venus rappeler à quel point Airbus et Boeing sont désormais obligés de s'imiter l'un l'autre pour contrebalancer tout avantage potentiel et maintenir ainsi un certain équilibre.

Mais il s'agit évidemment aussi de deux mainmises sur des programmes venus progressivement attaquer leurs propres programmes par le bas, Bombardier et Embraer ne se cachant pas d'avoir délibérément quitté le seul marché de l'aviation régionale pour venir concurrencer les appareils moyen-courrier de 100 à 150 sièges avec des performances et des caractéristiques très convaincantes.

Certains auraient pu encore croire que les cartes étaient en train de se redistribuer ces dernières années, mais il n'en est rien. Non seulement le duopole Airbus-Boeing reste intouchable, mais en plus il vient de se renforcer considérablement.

Il pose la question de savoir si l'existence-même d'un challenger, qu'il soit un jour russe, chinois ou les deux, est vraiment légitime, tant l'écart vient de se creuser.   

Romain Guillot / https://www.journal-aviation.com

Recevez notre Newsletter trimestrielle par mail / Receive our trimestrial newsletter by mail