Des compagnies gabonaises toujours mal cotées en Europe

Considérées comme relativement «dangereuses», plusieurs compagnies aériennes du Gabon n’ont pas quitté la liste noire de la Commission européenne. Seules deux d’entre elles, Afrijet et SN2AG, sont soumises à des restrictions pour leur entrée dans l’espace aérien européen.

Comme chaque année, la Commission de l’Union européenne a mis à jour, le 14 juin, sa liste noire des compagnies aériennes. Ce sont au total 119 transporteurs qui font l’objet d’une interdiction ou d’une restriction d’exploitation en Europe. Désormais habituées de cette liste, six compagnies gabonaises n’ont pas quitté le groupe. Il s’agit notamment d’Afric Aviation, Allegiance Air Tourist, Nationale Régionale Transport, Sky Gabon, Solenta Aviation Gabon et Air Tropical.

Si ces transporteurs sont purement et simplement interdits d’entrer dans l’espace aérien européen, en raison du peu de confiance qu’elles inspirent aux autorités européennes, deux compagnies gabonaises, Afrijet et Nouvelle Air Affaires Gabon (SN2AG), sortent tout de même du lot. Placées sur l’Annexe B de la liste noire, elles sont soumises à des restrictions. Ce qui, pour Arthur Nkoumou Delaunay, le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac), est plutôt appréciable.

«Le Gabon est l’un des rares pays à être placé dans l’annexe B de cette liste de sécurité. Or, quand on est autorisé à être dans l’annexe B, c’est qu’on a quelques écarts qu’on est en train de combler et qu’une inspection de l’Union européenne a été effectuée, qui a déterminé que l’exploitation de l’aéronef et tout l’ensemble des processus sont corrects. Cela signifie que le travail effectué entre l’Etat, l’aviation civile et ces compagnies aériennes est conforme», a confié le DG de l’Anac, samedi 16 juin à Gabonreview.

Selon la liste actualisée de la Commission européennes, toute la flotte d’Afrijet et de la SN2AG est admise dans le ciel européen, à l’exception de deux avions de type Falcon 50 et deux autres de type Falcon 900 pour la première, et d’un appareil de type Challenger CL-601 et un autre de type HS pour la seconde.

Violeta Bulc, commissaire chargée des transports de la Commission, présente cette liste comme «un nouveau système d’alerte qui empêchera les avions dangereux d’entrer dans l’espace aérien européen». L’objectif de celle-ci est de «garantir en permanence aux Européens le niveau de sécurité aérienne le plus élevé».

L’autre objectif visé par la Commission est d’«aider les pays concernés à améliorer leurs niveaux de sécurité dans le but ultime de ne plus figurer sur la liste». D’autant qu’elle «incite les pays ayant des déficiences en matière de sécurité à y remédier avant d’être frappés d’une interdiction».

Photo : Un aéronef de Nouvelle Air Affaires Gabon (SN2AG). © sn2ag.com

Publié par dans ÉCONOMIE sur dimanche 17 juin 2018 à 21:22  / http://gabonreview.com/