Air France décroche, certains analystes parlent de scénario catastrophe

PARIS (Reuters) - Air France-KLM chute lundi en Bourse, des analystes qualifiant de pire des scénarios la démission du PDG Jean-Marc Janaillac après le rejet par les salariés de l’accord salarial proposé par la direction de la compagnie aérienne.

L’action Air France-KLM perd 11,46% à 7,09 euros à 11h18, accusant la plus forte baisse de l’indice large européen Stoxx 600 qui gagne 0,17% au même moment.

Le titre a touché dans la matinée un plus bas niveau depuis avril 2017 et se dirige vers sa plus mauvaise performance en pourcentage sur une séance depuis la fin 2008.

Le président d’Air France et PDG de sa maison-mère Air France-KLM a annoncé vendredi sa démission après le rejet par référendum d’un projet d’accord salarial proposé pour sortir d’une grève de 13 jours qui a coûté, à ce jour, près de 300 millions d’euros à Air France.

“Pas d’accord + pas de PDG = pas bon”, écrivent dans une note les analystes de Bernstein.

“Cela laisse la compagnie sans dirigeant, avec un conflit qui se poursuit et des syndicats sans doute renforcés et encore moins susceptibles de faire des concessions”.

Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a lancé dimanche une mise en garde à la future direction d’Air France et à ses salariés, déclarant que l’Etat ne viendrait pas au secours de la compagnie menacée selon lui de disparition dans les turbulences sociales actuelles.

Photo prise le 3 mai 2018/REUTERS/Eric Gaillardhttps://fr.reuters.com/