Aéroport international de Ndjili : une nouvelle aérogare pour booster le trafic aérien

L’ouvrage, dont les travaux ont été lancés le 2 mai par le chef de l'Etat, Joseph Kabila, coûtera 354 millions de dollars et accueillera trois millions de passagers par an.

Dans le cadre de la modernisation des infrastructures aéroportuaires, des travaux intenses sont annoncés sur le site aéroportuaire de Ndjili en vue d’améliorer tant si peu la qualité de ses services. Le 2 mai restera marqué d’une pierre blanche dans les annales de cet aéroport international qui, dans les tout prochains mois, sera doté d’une nouvelle aérogare. La première pierre de cet ouvrage a été posée par le président de la République, Joseph Kabila, en présence de plusieurs officiels comme pour marquer le lancement de ce vaste projet censé accroître le prestige de cet aéroport qui n’est plus compétitif à l’échelle internationale. Les travaux de la nouvelle plate-forme dédiée justement au trafic international dureront trois ans avec une possible extension projetée pour 2047 en fonction de l'évolution du trafic.

C’est à la firme chinoise SNTC WITEC qu’a été confiée l’exécution des travaux. Avec une expertise prouvée en la matière - le cas des aérogares de Maya Maya au Congo-Brazzaville, de Lomé et de Malabo -, il y a de quoi s’attendre à un travail de qualité de nature à impulser une dynamique nouvelle dans le trafic aérien en RDC.

L’aérogare en construction aura une capacité d’accueil simultané de dix avions longs courriers. Trois millions de passagers par an y seront attendus. Quant au coût des travaux, il est évalué à 354 millions de dollars américains. Le financement du projet est assuré conjointement par Exim Bank (85%) et par le gouvernement de la République démocratique du Congo (15%) qui a déjà décaissé 20 millions de dollars pour le démarrage des travaux, à en croire le ministre des Transports.  

Rappelons que le gouvernement avait procédé, en 2015, à la construction d'une aérogare modulaire qui a soulagé tant soit peu les passagers internationaux. Mais du côté des vols nationaux, l'aérogare construite en 1956 continue à offrir un service indésirable aux usagers.

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Joseph Kabila posant la première pierre de la construction de la nouvelle aérogare
http://www.adiac-congo.com/