Exclusion de Corsair - Distension acrue par media interposé

L’exclusion de la compagnie aérienne française sur la desserte La Réunion-Antananarivo continue à faire des remous. La tension s’intensifie.

Aucune issue pour l’heure. Après la décision du ministère des Transports et de la météorologie de ne plus renouveler le droit d’exploitation de la ligne La Réunion-Antananarivo par Corsair, donc d’exclure la compagnie aérienne française sur cette ligne, l’entorse n’est pas prête de s’amoindrir. Une réunion entre les aviations civiles malgaches et françaises se sont tenues à Paris, la semaine dernière, afin de trouver un juste milieu dans les divergences. Seulement, cette réunion n’a abouti à une issue quelconque.  Chacune des parties semble camper sur sa position. Ni l’aviation civile française, ni l’aviation civile malgache n’a encore émis de communiqué officiel relatif à cette réunion.
Entre temps, Corsair a opté pour une insertion de presse titrée « Oui à la concurrence, non au monopole », afin de mobiliser l’opinion publique à signer une pétition de refus de monopole d’Air Madagascar dans cette desserte. Corsair est menacée de devoir arrêter la ligne le 31 mars. « L’exclusion de Corsair créera un monopole entre la Réunion et Antana­narivo. Cette situation, au détriment direct des consommateurs, entraînera immanquablement une augmentation du prix des billets et une réduction du nombre de vols », lit-on dans le communiqué inséré dans la presse, le 6 mars dernier. « Plus de dix neuf mille personnes », indique encore le communiqué, « ont bénéficié de cette offre depuis le 9 avril 2017 ».

Occulte
La compagnie Air Mada­gascar a réagi le jour même. « Les administrateurs, la direction générale et l’ensemble du personnel d’Air Madagascar ont été choqués et s’insurgent tant contre la méthode que contre les véritables objectifs poursuivis par cette compagnie », lance Air Madagascar. « Plus que de la concurrence, il s’agit d’un dumping. Quand Corsair dit qu’elle a fait bénéficier  dix neuf mille personnes, elle omet de dire qu’une grosse partie provient de la clientèle  existante d’Air Madagascar. Corsair oublie également de dire qu’elle ne dessert plus Antananarivo directement depuis Paris, mais qu’elle vend avant tout La Réunion où ses avions se vident et qu’elle pourrait même vendre le billet Réunion-Antananarivo à un euro sans que cela ne lui coûte rien de plus », poursuit encore la compagnie nationale dans un communiqué.
Cette guerre, par presse interposée à n’en plus finir, a fait réagir à son tour l’Aviation civile de Mada­gascar (ACM) qui juge que le communiqué de la compagnie française est « émaillé de contre-vérité et usant de méthode de contestation qui occulte les prérogatives des Autorités des aviations civiles malgaches comme françaises ». L’ACM rappelle que l’usage d’une pétition, sans une communication claire  des données indispensables pour la compréhension de la situation au public, relève d’une manipulation répréhensible de l’opinion. Un cadre légal des doléances est disponible pour les compagnies aériennes, comme s’adresser aux autorités nationales qui les ont désignées ou qui leur ont délivré le droit d’exploitation afin d’éviter de l’exposer sur la place publique.

Mirana Ihariliva

http://www.lexpressmada.com

Recevez notre Newsletter trimestrielle par mail / Receive our trimestrial newsletter by mail