Corsair effectue le premier vol de sa ligne Paris-Bamako

La compagnie française Corsair, a effectué hier mardi, le premier vol de la ligne Paris-Bamako. Les responsables espèrent que ce vol sera le début d’une grande histoire d’amour avec le Mali.

L’histoire est en vol, pour Corsair et le Mali en tout cas. Pour les deux, la date du 30 janvier est à marquer d’une pierre blanche. C’est ce jour vers 19h 50 que le premier avion de la compagnie Corsair, en provenance de Paris-Orly, s’est posé sur le tarmac de l’aéroport international Modibo Keita de Senou. 280 des 303 sièges étaient occupés, un ‘’taux de remplissage important ‘’ pour le premier vol d’une nouvelle ligne selon les mots d’Antoine Huet, directeur général adjoint affaires commerciales de la compagnie, présent à Bamako pour ce vol inaugural. Les 280 passagers de ce tout premier vol, ont pu bénéficier d’un service de grande qualité, « aux standards » de ceux offerts par les grandes compagnies, et de la magie de plats concoctés par un chef étoilé. De la vraie gastronomie française, qui rassurez-vous saura ravir les plus adeptes de mets maliens. « Nous insistons sur la qualité de nos services, et nous y mettons un accent particulier, notre ambition est de faire de Corsair, une des compagnies de référence dans le ciel malien », affirme Antoine Huet.

Choix plus larges

Pour le premier trimestre de l’année 2018, la compagnie effectuera un vol hebdomadaire, tous les mardis. Mais dès mois d’avril, Corsair opérera deux vols par semaine (mardi, et samedi), et grâce à un partenariat avec la compagnie Aigles Azur pour un partage de code, les clients pourront choisir entre cinq vols hebdomadaires. De quoi ravir et voyageur standard et le plus grand des globe-trotteurs avides de découvertes. De la Caraïbe aux Amériques, la compagnie entend rendre le monde plus accessible, et dans un confort de palace à ces passagers. « Nous représentons un vaste réseau à nous deux, les clients bénéficieront d’une grande variété de tarifs », assure Huet. Le tout à des prix défiant toute concurrence. Et le terme n’est pas employé pour faire commercial. 409.000 FCFA TTC, c’est le prix de billets aller-retour Paris-Bamako. De quoi permettre d’assurer à toutes les bourses une petite visite de la Tour Eiffel. par Boubacar Sidiki Haïdara : .journaldumali.com/