une disparition d’Air Madagascar assombrirait l’économie

L’éventuelle faillite ou disparition d’Air Madagascar ne serait pas un bon signe pour l’économie du pays. Ce serait un coup dur, comme l’indique la BAD.

La disparition de la compagnie Air Madagascar pourrait porter un coup dur pour l’économie déjà relativement fragile. C’est le constat fait par la Banque africaine de développement (BAD) dans son document du programme d’amélioration de la compétitivité économique (PACE) du pays. Devant la difficulté financière et technique rencontrée par la compagnie, le gouvernement avait choisi de chercher un partenaire stratégique. «Dans le cas où Madagascar aurait choisi de déclarer la faillite d’Air Madagascar, sa fermeture aurait un impact négatif presque inévitable sur les niveaux de trafic aérien, au moins à court et moyen terme», indique le document.
Pour soutenir ses arguments, la BAD avance l’étude réalisée par la Banque mondiale en juillet 2017. Selon cette étude, l’impact direct de la compagnie nationale sur le secteur des voyages et du tourisme représentait, en 2016, plus de 5% du produit intérieur brut. En tenant compte des effets indirects et induits, son poids dans l’économie représentait près de 14% du PIB en 2016.

 

Défi
Par ailleurs, sa contribution totale à l’emploi, y compris les effets plus vastes de l’investissement, la chaîne logistique et les impacts des revenus induits, a été estimée à six cent quarante mille emplois en 2016, soit 11,4% de l’emploi total du pays.
«La restructuration de la compagnie représente un défi majeur pour l’amélioration de la compétitivité économique de Madagascar. Elle reste stratégique dans le désenclavement des zones économiques les plus reculées du pays… Elle joue ainsi un rôle économique clé», souligne ainsi la BAD. Dans ce sens, elle a apporté ses coups de pouce financiers au gouvernement. En vue de consolider les dettes d’Air Madagascar, l’État avait recouru à des emprunts de garantie auprès de  cette banque panafricaine pour obtenir des financements internes et externes. Outre cela, le 29 novembre, la BAD a annoncé qu’elle allait décaisser 45 millions de dollars pour appuyer les réformes économiques dans le cadre de ce programme PACE, et dont une partie servira à appuyer les réformes des sociétés publiques comme Air Madagascar et la Jirama.
Le Plan de développement de la compagnie proposée par Air Austral devrait permettre à la compagnie, qui a enregistré près de 20 millions de dollars de perte en 2016, d’atteindre l’équilibre et de connaître une rentabilité croissante à partir de 2021. Le partenariat stratégique avec Air Austral aura plus d’avantages économiques que d’inconvénients à long terme, comme l’a indiqué le document de la BAD.
Pour le moment, ce mariage avec Air Austral ne se fait pas encore ressentir au niveau des passagers. Ils se trouvent en ce moment entre le désespoir et l’indignation. Leurs déboires ne cessent de continuer ces derniers temps.

 

Lova Rafidiarisoa :: www.lexpressmada.com

 

Receive our trimestrial newsletter by mail