Air Algérie sanctionné par l’aviation civile chinoise

La compagnie aérienne algérienne, Air Algérie a subi, hier, un nouveau couac après la sanction que lui a infligé l’administration de l’aviation civile chinoise, «The Civil Aviation Administration of China (CAAC)» qui lui signifié, avec plusieurs autres compagnies, une interdiction de programmer de nouveaux vols à destination de la Chine jusqu’à fin mars 2018. Selon le site «flight global», la CAAC reproche à Air Algérie la «non satisfaction des exigences de performance». Et cela ne veut pas dire que l’interdiction sera levée à cette date (fin mars). Si les problèmes soulevés par l’administration de l’aviation civile chinoise ne sont pas résolus, la compagnie nationale ne pourra toujours pas prétendre pour une autre période à des vols supplémentaires à destination de Pékin ou d’une quelconque autre ville chinoise. Les autres compagnies qui se sont vu infligées la même sanction qu’Air Algérie sont China United Airlines, MIAT Mongolian Airlines et Ariana Afghan Airlines. Somon Air et Uzbekistan Airways sont, par contre, suspendu jusqu’à fin février, alors que Tajik Air, TAAG Angola Airlines et Angara Airlines le sont jusqu’à la fin du mois en cours. La CAAC demande aux compagnies sanctionnés de satisfaire aux exigences de performances pendant trois mois consécutifs avant de prétendre reprendre une activité «normale», c’est-à-dire pouvoir par exemple demander des vols ou lignes supplémentaires.

www.algerie-focus.com