Lendemain de l’inauguration : 113 arrivées et départs d’aéronefs enregistrés à l’Aibd

Le ministre des Transports aériens et du Développement des infrastructures aéroportuaires, Maïmouna Ndoye Seck, a informé, samedi, devant les députés, que l’Aibd a enregistré, le lendemain de son inauguration, 113 arrivées et départs d’aéronefs. Ce qui prouve à suffisance, a-t-elle dit, que l’infrastructure est totalement opérationnelle. Le budget de son département, pour l’année 2018, a été arrêté à la somme de 9 643 337 880 FCfa.

Lors du vote du budget du ministère des Transports aériens et du Développement des infrastructures aéroportuaires, les discussions ont largement tourné autour de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) de Diass inauguré, le 7 décembre dernier, par le président de la République, Macky Sall. La question sur la paternité de l’Aibd a été longuement soulevée. Cependant, le ministre Maïmouna Ndoye Seck a refusé de réagir à cette interpellation des députés. Ce qui est important, selon elle, c’est que le Sénégal dispose, aujourd’hui, d’une infrastructure aéroportuaire moderne de dernière génération.

Toutefois, pour les députés Ousmane Sonko et Toussaint Manga, le gouvernement s’est empressé à ouvrir l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass sans qu’il ne soit totalement fonctionnel. D’après M. Sonko, « la zone fret de l’Aibd est en construction et n’est pas opérationnelle ». Un avis non partagé par Maïmouna Ndoye Seck qui a informé « qu’aucun manquement, aucune précipitation n’a été notée ». L’aéroport est totalement opérationnel, a précisé le ministre, soulignant qu’à la date du 09 décembre 2017, près de 200 mouvements ont été bouclés à l’Aibd. Le vendredi 8 décembre, c’est-à-dire au lendemain de son inauguration, 113 arrivées et départs d’aéronefs ont été enregistrés. « Un aéroport qui n’est pas prêt ne peut pas avoir autant de mouvements d’aéronefs », a-t-elle martelé.

Maïmouna Ndoye Seck a néanmoins reconnu que pour le fret, le cargo-village n’est pas encore prêt. Mais, a-t-elle expliqué, l’Aibd est doté d’un terminal fret qui a une capacité supérieure à celle qui a été installée à l’aéroport Léopold Sédar Senghor. Mieux, a ajouté le ministre, la société chargée du cargo-village de l’aéroport a pris le soin de réaliser des installations temporaires en attendant que ce dernier soit fonctionnel.

La question de la sécurité de l’aéroport a aussi été soulevée par les députés du fait de la distance qui sépare l’Aibd de Dakar. Là également, Mme Seck a tenu à rassurer qu’il n’y a pas d’inquiétude à ce niveau, car la Haute autorité de l’aéroport qui était à Léopold Senghor a vu ses compétences élargies à l’ensemble des aéroports du Sénégal. Ainsi, cette structure, en collaboration avec la police et la gendarmerie, va assurer la sûreté de l’Aibd.

« Les moyens d’intervention de la Haute autorité ont été multipliés par trois pour lui permettre de mener à bien sa mission », a-t-elle informé, indiquant s’être tournée, aujourd’hui, vers d’autres objectifs, à savoir « la mise en exploitation optimale de Air Sénégal et la reconstruction des cinq aéroports régionaux qui ont été retenus par le chef de l’Etat ». « C’est cela notre combat aujourd’hui, car celui de l’Aibd a été gagné grâce à l’appui du chef de l’Etat, de tous les membres du gouvernement, de tous mes collaborateurs », s’est réjoui le ministre. Auteur: Aliou Ngamby NDIAYE – Le Soleil : seneweb.com

Receive our trimestrial newsletter by mail