Kenya Airways veut une coentreprise avec Air France

Une semaine après avoir annoncé la dilution des parts du groupe Air France-KLM dans son capital, la compagnie aérienne Kenya Airways veut créer une coentreprise avec Air France – qui justement lancera l’année prochaine une nouvelle liaison entre Paris et Nairobi.

Le président de la compagnie nationale kényane Michael Joseph a annoncé avoir déposé une demande auprès des autorités de la concurrence du pays (CAK) pour lancer vers avril 2018 une coentreprise avec Air France, similaire à celle déjà en place depuis 1995 entre Kenya Airways et KLM Royal Dutch Airlines. Le nouvel accord permettrait un partage de revenus sur la liaison entre sa base à Nairobi-Jomo Kenyatta et l’aéroport de Paris-CDG, où Kenya Airways propose un vol quotidien auquel Air France ajoutera le 25 mars prochain trois rotations hebdomadaires – tous les vols étant proposés en partage de codes. « KLM et Air France ont fusionné il y a des années, et il serait donc dans notre intérêt de créer une joint-venture. Un tel pacte sera également avantageux pour KQ alors que nous nous rapprochons des vols directs vers les Etats-Unis », a souligné le dirigeant dans The Nation ; ces vols vers New York n’ont pas encore reçu le feu vert de l’administration américaine.

La compagnie de l’alliance SkyTeam a annoncé vendredi avoir réduit de 20,5% ses pertes semestrielles au 30 septembre 2017 à 35,5 millions de dollars, grâce à une réduction significative des dépenses de sa flotte (-21,9%) et des frais généraux (-8,9%) ; elle affiche aussi un résultat d’exploitation en hausse de 50% par rapport à la même période l’année dernière. Mais les revenus ont reculé de 0,3%, les fluctuations des devises et la surcapacité « atténuant l’avantage d’une hausse de 3,3% du trafic à 2,3 millions de passagers. « Il y a encore des choses à améliorer, mais c’est déjà un bon signe pour notre entreprise », a commenté le CEO Sebastian Mikosz, pour qui la coentreprise avec Air France est l’une des pistes envisagées pour améliorer les revenus de Kenya Airways. « A l’avenir, nous développerons nos itinéraires stratégiquement. Mais si nous lançons une route et que ça ne marche pas, nous n’hésiterons pas à la fermer », a-t-il aussi souligné.

Rappelons que le gouvernement kényan avait détaillé la semaine dernière la restructuration du capital de sa compagnie nationale : ses prêts de 238,1 millions de dollars sont convertis en actions, faisant passer sa participation dans le capital de 29,8% à 49,8%. Même opérations pour les banques commerciales locales, qui avaient accordé pour 217,2 millions de dollars de prêts à Kenya Airways et se retrouvent avec 38,1% du capital. Du coup Air France-KLM, qui détenait jusque là 26,73% de la compagnie, n’en possèdera plus qu’environ 7% ; le groupe perd au passage un de ses deux directeurs, et le contrôle réel de Kenya Airways qui revient dans les mains du gouvernement.

Comme annoncé en juillet dernier, Air France a confirmé hier qu’elle relancera le 25 mars 2018 une liaison entre Paris-CDG et Nairobi, opérée trois fois par semaine en Boeing 787-9 Dreamliner pouvant accueillir 30 passagers en classe Affaires, 21 en Premium et 225 en Economie. Les départs sont programmés mercredi, samedi et dimanche à 20h50 pour arriver le lendemain à 6h00, les vols retour quittant le Kenya lundi, jeudi et dimanche à 8h20 pour se poser à 15h50.

Ces vols seront proposés en partage de codes avec ceux de Kenya Airways, sans autre concurrence (la future coentreprise n’est pas évoquée dans le communiqué), avec en continuation à Nairobi des possibilités de correspondance vers 23 destinations en Afrique : Kisumu et Mombasa au Kenya, Entebbe en Ouganda, Bujumbura au Burundi, Lusaka, Ndola, Livingstone et Victoria Falls en Zambie, Khartoum au Soudan, Dzaoudzi à Mayotte, Moroni aux Comores, Lilongwe au Malawi, Dar es Salam, Kilimandjaro et Zanzibar en Tanzanie, Kigali au Rwanda, Addis-Abeba en Ethiopie, Maputo et Nampula au Mozambique, Harare au Zimbabwe, Lubumbashi en République Démocratique du Congo, Djibouti et les Seychelles. Cette nouvelle liaison d’Air France est également complémentaire à celle de KLM qui opère un vol quotidien entre Amsterdam-Schiphol et Nairobi en Boeing 787-9. par François Duclos dans Actualité : air-journal.fr