Le mariage Air Madagascar-Air Austral tarde

La signature permettant l’entrée d’Air Austral dans l’actionnariat d’Air Madagascar traîne. La date butoir de 31 octobre est largement dépassée.

Le mariage entre Air Mada­gascar et Air Austral serait il en difficulté ? Le « closing » entre les deux compa­gnies tarde à se concrétiser. La date butoir de 31 octobre est largement dépassée. À plusieurs reprises, les dirigeants d’Air Austral ont affiché leur volonté de concrétiser l’entrée de leur compagnie dans le capital d’Air Madagascar avant cette fameuse date. Pour le moment, rien n’a été signé. À moins que la cérémonie se fasse en toute discrétion, loin des micros et caméras, contrairement aux « fiançailles » scellées il y a un mois au Palais d’Ambohi­tsorohitra.

Depuis cette fameuse signature du contrat de partenariat stratégique, tout le monde attendait la suite du dossier. Les assemblées générales, que ce soit ordinaire et extraordinaire se suivaient au sein de la compagnie malgache. Les administrateurs de la compagnie malgache ont déjà remis leurs tabliers pour permettre l’entrée de nouveaux administrateurs avec la nouvelle composition de l’actionnariat d’Air Madagascar. Selon des indiscrétions, l’assemblée des actionnaires prévue ce jour, va nommer les nouveaux membres du conseil d’administration. Air Austral sera-t-il représenté ? Le verdict est attendu ce jour.

 

Entrée conditionnée

L’éventuelle entrée des administrateurs d’Air Austral dans ce nouveau conseil d’administration laisse entendre l’officialisation de l’entrée de la compagnie réunionnaise dans le capital de son partenaire malgache. En d’autres termes, Air Austral figure officiellement dans le capital d’Air Madagascar.

Cette entrée était conditionnée par l’apport d’un fonds de 40 millions de dollars de la compagnie réunionnaise. L’apport d’une première tranche d’un montant de 10 millions de dollars lui ouvre la voie d’acquérir 39,04% du capital d’Air Madagascar. Le paiement d’un chèque de 5 mil­lions de dollars lui permet de conserver la place de deuxième actionnaire avec 49% du capital. Les 25 millions de dollars restants seront utilisés dans le compte courant.

Après toutes ces transactions, l’État actionnaire conservera 50,59% des actions. Les petits actionnaires resteront aussi dans le capital d’Air Madagascar contrairement aux idées véhiculées au début des négociations.

Pour sa part, le gouvernement devait régler le paiement des créances de sa compagnie aérienne. C’est l’une des préalables imposée par Air Austral. Aucune information ne filtre plus à ce sujet. Aucune ligne ne figure plus dans le budget de l’État pour l’année 2018 sur la dette d’Air Mada­gascar. Est-ce à dire que le gouvernement a tout réussi à éponger les passifs de 88 millions de dollars d’Air Madagascar en un seul coup ? Lova Rafidiarisoa : lexpressmada.com

Receive our trimestrial newsletter by mail