Air France-KLM: Solide 4e trimestre en vue tiré par le long-courrier

PARIS (Reuters) – Air France-KLM s‘est montré vendredi confiant pour ses recettes du quatrième trimestre, fort de réservations prévues en hausse sur les quatre prochains mois sur le long-courrier, l‘activité la plus lucrative du transport aérien.

Le groupe franco-néerlandais fait état dans un communiqué d‘un bénéfice d‘exploitation de 1,022 milliard d‘euros, en hausse de 38,7%, tandis que son chiffre d‘affaires a progressé de 5,1% à taux de change constants à 7,235 milliards.

Les analystes attendaient en moyenne au troisième trimestre un bénéfice d‘exploitation de 953 millions d‘euros et un chiffre d‘affaires de 7,248 milliards (+4,5%), selon le consensus réalisé pour Reuters par Inquiry Financial.

La recette unitaire – baromètre très suivi pour mesurer les revenus tirés des capacités – a augmenté de 4,1% sur le trimestre grâce au net redressement de l‘Asie et de la dynamique de l‘Amérique latine, contre 4,5% pour Lufthansa et 2,2% pour IAG, maison mère de British Airways et Iberia.

Et Air France-KLM a dit s‘attendre à une nouvelle hausse sur les trois derniers mois de l‘année.

“La recette unitaire en octobre est positive et les réservations en avance pour novembre et décembre sont en amélioration” en rythme annuel, a déclaré le directeur financier Frédéric Gagey.

Pour profiter d‘une demande dynamique, Air France-KLM a augmenté ses capacités du quatrième trimestre de 3% à 4% dont 6%-7% pour Transavia.

Pour l‘ensemble de la saison hiver 2017-2018 (du 29 octobre 2017 au 24 mars 2018), Air France-KLM a annoncé mi-octobre prévoir d‘augmenter ses capacités de 5,5% en rythme annuel (dont +4,7% en long-courrier et +14,6% pour la low cost Transavia).

Air France-KLM, qui dévoilera lundi une refonte de son programme de fidélité Flying Blue, a également décidé d‘appliquer à son tour une surcharge de 11 euros par trajet réservé via des intermédiaires à partir du 1er avril 2018.

Cette pratique initiée par Lufthansa en 2015 et appliquée aussi depuis le 1er novembre par British Airways et Iberia, filiales d‘IAG, porte un coup aux fournisseurs de systèmes de distribution de voyages (GDS) comme Amadeus, Travelport et Sabre.

MARGE D‘AF ENCORE INFÉRIEURE AUX AUTRES COMPAGNIES

Air France-KLM a confirmé viser une baisse de 1,0% à 1,5% de ses coûts unitaires cette année à changes, prix du carburant et charges de retraite constants, mais en excluant désormais les effets de l‘amélioration de son coefficient d‘occupation et du partage des bénéfices (“profit sharing”).

Air France a amélioré sa marge de 3,6 points au troisième trimestre à 11,%, encore en-deçà de KLM (18,5%), la compagnie Lufthansa (18,1%) et British Airways (21.5%).

Le groupe ne fournit pas de prévision de résultats sur l‘exercice mais les analystes attendent un bond de 45% du bénéfice d‘exploitation à 1,519 milliard d‘euros selon le consensus Inquiry Financial.

Air France-KLM prévoit de faire mieux que prévu en termes de désendettement, anticipant désormais un ratio dette nette/Ebitdar (excédent brut d‘exploitation intégrant les locations d‘avions) de 2,2 fois et 2,3 fois, contre un objectif de 2,5 fois.

Cet objectif ne tient pas compte de l’acquisition de 31% du capital de Virgin Atlantic annoncée fin juillet dans le cadre d‘un renforcement de ses alliances qui a vu Delta Air Lines et China Eastern entrer au capital du groupe franco-néerlandais. : par Cyril Altmeyer et Victoria Bryan ; Edité par Dominique Rodriguez