Belgique: rachat de Brussels Airlines Compagnie par Lufthansa

Bruxelles, Belgique (PANA) – La compagnie aérienne allemande Lufthansa a racheté, en début de semaine, la totalité du groupe aérien belge, Brussels Airlines, en devenant propriétaire de 55% des parts de ce groupe dont elle détenait déjà 45%.

Selon la presse spécialisée, Lufthansa a racheté Brussels Airlines, notamment parce que la compagnie belge dessert 15 destinations africaines par semaine, unique compagnie aérienne européenne a détenir ce record.

On se rappelle que lors de l’épidémie d’Ebola en 2015, en Guinée-Conakry, Sierra Leone et Liberia, Brussels Airlines est restée l’unique compagnie aérienne au monde à desservir ces trois pays.

En transportant vers ces pays les aides médicales nécessaires, dont des laboratoires mobiles et des tonnes de médicaments d’une part et, d’autre part, en assurant l’évacuation du personnel médical contaminé, Brussels Airlines a permis d’éradiquer la terrible épidémie qui a fait plus de 11.000 morts en Afrique de l’Ouest.

Sur les quinze destinations africaines, Kinshasa, la capitale de la RD Congo, desservi à partir de Bruxelles 7 jours sur 7, reste de loin l’escale africaine la plus importante de la compagnie belge. Cela est dû notamment au fait que 20.000 soldats de l’ONU de la MONUSCO (Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC) sont toujours en opération en RDC. Le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé le mandat de la MONUSCO d’un an en raison du risque d’explosion de violences politiques, l’élection présidentielle ne pouvant être organisée dans les délais constitutionnels.

Les soldats de l’ONU font régulièrement des rotations pour le retour dans leurs pays d’origine, qui les remplacent par d’autres, en passant par Bruxelles qui joue ainsi le rôle de hub pour New York (siège de l’ONU), ou les capitales des pays d’Amérique latine et d’Asie ayant fourni des troupes à la force onusienne.

En raison de la proximité des élections, prévues en principe pour décembre en RDC, les troupes de l’ONU doivent demeurer dans le pays pour assurer la sécurité des différents scrutins. La tension reste vive en RDC, l’ambassade des Etats-Unis a déjà évacué sur Brazzaville le personnel non essentiel.

Par ailleurs, en cas de troubles graves pouvant mettre en danger la vie du président Joseph Kabila, les soldats de l’ONU pourraient intervenir pour l’escorter, en toute sécurité, jusqu’à l’aéroport international de Kinshasa d’où il pourrait partir en exil pour le Zimbabwe, pays où le corps de son père Laurent Désiré Kabila fut évacué après son assassinat à Kinshasa par sa garde rapprochée.

L’autre scénario présenté par les observateurs politiques en Belgique, est qu’il soit évacué en traversant, en moins de 15 minutes, le fleuve Congo par canot hors-bord rapide vers Brazzaville, provisoirement, avant un exil au Zimbabwe.

Le pays de Robert Mugabe n’accueille-t-il pas depuis de longues années l’ancien dictateur éthiopien, Menguistu Hailé Mariam, qui y réside en toute sécurité, avec des malles de milliers de dollars qu’il avait emporté, chassé du pouvoir en Ethiopie. PANA AK/IS/IBA : .panapress.com/

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail