La compagnie Ceiba arrive à Yaoundé

La ligne sera ouverte le 26 août prochain. Le transporteur équato-guinéen dessert Douala depuis des années.

Le ciel camerounais sera en vert et en or le 26 août 2016. Ce sont-là les couleurs principales de Ceiba Intercontinental, la compagnie de transport aérien de Guinée Equatoriale. Elle entend marquer d’une pierre blanche son atterrissage à Yaoundé, avec l’ouverture de cette destination dans toute sa solennité.

Pour cet évènement, la compagnie Ceiba a conçu un circuit de vols qui partira de Douala pour Yaoundé, se poursuivra en Guinée Equatoriale, notamment dans les villes de Mengomeyen et Malabo, et se refermera à Yaoundé via Douala, le lendemain 27 août. On le voit bien, la capitale camerounaise constitue le hub de cet itinéraire qui sera offert aux officiels attendus à la fête organisée par Ceiba Intercontinental.

Il s’agira d’officiels camerounais, au premier rang desquels le Premier ministre. Il s’agira aussi d’officiels équato-guinéens parmi lesquels le top management de la compagnie. En terre équato-guinéenne, la surprise du chef pourra bien être le président Teodoro Obiang Nguema en personne. Enfin, il y aura des officiels d’autres pays, notamment des diplomates.

Opportunités

Ce déploiement en perspective est le signe de l’importance accordée au ciel de Yaoundé par Ceiba. « Il s’agit de la capitale politique et administrative du Cameroun, siège des institutions. En principe, c’est de là que tous les vols devraient partir pour le reste du pays », explique Jacob Matamba, le représentant de Ceiba Intercontinental dans la région Afrique Centrale.

Il y aura les vols Yaoundé-Douala-Cotonou ainsi que Yaoundé – Douala-Bamako. M. Matamba annonce que dans la foulée des vols inauguraux vers Yaoundé, la compagnie va ouvrir des bureaux au Cameroun. Voilà des années que ces locaux sont attendus. « Pour le moment, nous travaillons en joint-venture avec l’agence Moabi Voyages », indique-t-il. En attendant l’implantation prochaine, il y a des années que des agences vendent l’enseigne Ceiba.

C’est le cas avec cette plaque bien visible sur la façade principale d’un immeuble en plein centre commercial de Yaoundé. Les hommes d’affaires sont en bonne place parmi les invités de la fête qu’annonce Ceiba. Ils sont une cible privilégiée pour qui veut s’assurer des parts de marché intéressantes dans le ciel camerounais. En créant une desserte sur Yaoundé, la compagnie Ceiba entend consolider sa percée dans le ciel camerounais.

Depuis plusieurs années, le transporteur équato-guinéen ne tient que sur la ligne de Douala. En 2013 pourtant, il a enregistré la plus forte progression (47%) parmi les compagnies assurant les vols intra-africains depuis le Cameroun, selon le bulletin statistique de l’Autorité civile aéronautique national. Les majors tels Kenya Airways, Royal Air Maroc ou encore South Africa Airways avaient tous marqué un net recul.

Toutefois, c’est un truisme de dire que le ciel camerounais est loin d’être saturé. D’ailleurs, son potentiel va croissant. C’est pourquoi, Air France, le leader du marché, n’a pas cessé d’augmenter son nombre de vols ces dernières années ; atteignant 4 vols par semaine au départ de Yaoundé, et 11 vols hebdomadaires au départ de Paris.

En plus, les atermoiements de Camair-Co laissent un vide et libèrent des opportunités qui sont naturellement saisies par des compagnies comme Ceiba Intercontinental.

Elle continue ainsi d’étendre son réseau continental africain. Avec une vingtaine d’avions, le transporteur équato-guinéen s’est consolidé dans son marché intérieur où elle dessert les principaux 4 aéroports de la Guinée Equatoriale ; à savoir Malabo, Bata, Mengomeyen et Annobon. Aujourd’hui, Ceiba Intercontinental ne va pas seulement à Douala, elle assure des vols sur Brazzaville, Pointe Noire, Libreville, Cotonou, Dakar, Accra, Abidjan, Lomé, Soa Tomé et Madrid en Espagne.

Demain, Ceiba atterrira à Yaoundé, à Casablanca et dans d’autres villes africaines. Tous ses vols sont référencés sur Internet par la plupart des plates-formes qui proposent des voyages. Et Ceiba est bien souvent enregistrée dans la catégorie low-cost, c’est-à-dire moins cher. .camer.be

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Receive our trimestrial newsletter by mail