131è Session du conseil d’administration de l’Asecna : Edgar Alain Mebe Ngo’o plaide le transport aérien pour tous

Le ministre des Transports (Mintransports) du Cameroun qui a présidé ces assises de l’Agence pour la sécurité de la navigation en Afrique et à Madagascar hier 27 juillet 2016 à Yaoundé, a expliqué cela par l’impératif « de se déplacer et d’assurer la circulation des biens et marchandises ».

Ouvert depuis lundi dernier dans la capitale camerounaise, le séminaire des instances statutaires annuelles de l’Asecna, a gagné en intensité hier avec l’ouverture de la 131è Session du conseil d'administration de cette instance continentale. Ledit conseil d'administration, précise-t-on, a été précédé par plusieurs conclaves des commissions. Lesquels conciliabules à en croire les organisateurs, s’inscrivent en droite ligne du Comité des ministres prévu le 30 juillet.

« Dans un monde marqué par l’interpénétration des peuples et l’interdépendance des économies, le besoin de se déplacer et d’assurer la circulation des biens et marchandises s’impose comme un impératif à l’échelle internationale », a soutenu Edgar Alain Mebe Ngo’o dans son allocution inaugurale des travaux de la capitale camerounaise. L’ancien ministre de la Défense, reconnaissant la prééminence du transport par route en Afrique, a cependant fait remarquer la montée progressive du trafic aérien. Mode de transport qui selon lui, a la plus value d’être plus rapide et sûr.

Bien d’observateurs ont été unanimes que l’Asecna a considérablement contribué au décollage de l’aviation civile. « En effet, par son expertise, les importants investissements mobilisés pour doter ses centres opérationnels d’équipements techniques de pointe, ses conseils pertinents et la formation rigoureuse de ses cadres, l’ASECNA a été un acteur déterminant dans l’émergence d’une aviation civile performante dans ses Etats membres », argue-t-on.

Le Min transports a pour le reste, exhorté les administrateurs de l’Asecna à étudier avec diligence les questions soumises à leur attention en vue d’une plus grande lucidité et efficience dans la prise de décision par les ministres des Etats membres, lors de leur Comité qui se tient samedi prochain. Cette 131è Session du conseil d'administration de l’Asecna, apprend-on, se penche sur une kyrielle de points de points dont les conclusions de l’audit relatif à la masse salariale et à la détermination des effectifs-cibles dans tous les corps de métiers de l’Agence ; exclusion faite de celui des contrôleurs, l’audit sur la facturation et le recouvrement et l’approbation des comptes de l’exercice 2015.

Créée à Saint Louis du Sénégal le 12 décembre 1959, l’Asecna, dit-on, est un modèle d’organisme régional et autonome voué à la gestion intégrée des espaces aériens et à la fourniture de service de sécurité de la navigation aérienne. Au cours de la dernière décennie, Camer.be a appris que l’organisation, a consenti 10 milliards francs Cfa pour les aéroports internationaux du Cameroun (Douala, Garoua, et Yaoundé-Nsimalen). Fonds qu’on dit avoir servi à l’achat de radars, l’érection d’une centrale électrique, le balisage, la réhabilitation des tours de contrôle. A cela, il faut adjoindre la simulation, la construction d’un centre de contrôle régional équipé d’un système avancé de gestion et de visualisation du trafic aérien. .camer.be

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Receive our trimestrial newsletter by mail