Camair-Co prospecte chez Bombardier

Une délégation interministérielle conduite par le ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o des Transports, vient d’effectuer une visite de travail auprès du constructeur aéronautique canadien.

Sur instruction du président de la République Paul Biya, cette délégation interministérielle s’est rendue à Toronto et à Montréal pour tracer les voies susceptibles de permettre l’acquisition des aéronefs devant renforcer la flotte de la compagnie aérienne du Cameroun. La Camair-Co qui connaît également un problème fondamental de gestion et de gouvernance.

Les dés ont été jetés en mars 2016 lors de l’audience accordée à René Cremonese – le Haut-commissaire du Canada au Cameroun, par le ministre Edgar Alain Mebe Ngo’o des Transports. A en croire nos sources, il s’agissait pour le diplomate canadien de discuter de l’apport du constructeur aéronautique canadien Bombardier qui se dit prête à fournir au Cameroun des avions pour courtes distances adaptés aux besoins du transporteur aérien public pour les vols intérieurs.

Étant donné que l’entreprise dispose d’une flotte limitée à 3 aéronefs, avec des effectifs qui sont jugés pléthoriques. Au cours cette audience, René Cremonese avait d’ailleurs insisté sur le fait que la compagnie canadienne proposera à court terme des avions commerciaux et Business à Camair-Co. C’est le lieu de relever que le groupe aéronautique canadien, en profonde restructuration, vient de signer une lettre d’intention avec Air Canada portant sur la vente de 45 avions CSeries 300 – le nouvel appareil de 135 places avec lequel Bombardier espère concurrencer les plus petits modules d’Airbus et de Boeing.

C’est la plus importante commande ferme que Bombardier reçoit pour l’avion CSeries et la première depuis septembre 2014. Les livraisons sont prévues pour la fin de 2019 et se poursuivront jusqu’en2022. Les 25 premiers appareils livrés remplaceront les embraer e190 de la flotte d’Air Canada.

Officiellement endettée à hauteur de 30 milliards de FCFA, la compagnie nationale de transport aérien du Cameroun survit grâce aux perfusions financières de l’état. Le 15 décembre 2015, la Camair-Co et le cabinet américain Boeing consulting avaient paraphé un contrat de partenariat technique en vue de l’élaboration d’un business plan. © Sans Détour : Gabriel AMBOMO : camer.be

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail