Le Maroc, premier pays non-européen à intégrer Eurocontrol

Depuis quelques jours, le Maroc est devenu un membre à part entière d’Eurocontrol, l’organisme qui régule les flux aériens en Europe. Cette adhésion se traduira par une optimisation des coûts et des délais pour les compagnies aériennes.

Depuis le 1er mai, le Maroc est le premier pays non-européen à rejoindre l’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (Eurocontrol). « C’est l’aboutissement de plusieurs années de collaboration avec cet organisme », indique Zouhair Mohamed El Aoufir, directeur général de l’Office national des aéroports du Maroc (ONDA) dans une déclaration à Jeune Afrique.

L’accord a été signé le 29 avril, en marge du salon aéronautique international Marrakech Air Show qui s’est tenu du 27 au 30 avril.

« Il stipule que le Maroc et les 41 pays européens membres d’Eurocontrol travailleront de la même manière en termes de contrôle aérien, respecteront les mêmes normes, auront une plateforme commune de gestion des flux et élaboreront ensemble les réglementations relatives à la circulation aérienne », ajoute El Aoufir.

Economies en temps et en carburent

Près de 850 vols circulent chaque jour entre l’Europe et le Maroc, reliés tous deux par un accord d’open sky depuis 2005 qui a simplifié l’ouverture de lignes, a considérablement augmenté le trafic entre les deux côtes de la Méditerranée et a ouvert le marché aérien marocain à la concurrence.

L’adhésion du Maroc à Eurocontrol se traduira par une réduction des coûts et des délais pour les compagnies aériennes, selon le directeur de l’ONDA. Grâce à une gestion harmonisée des flux, les membres de ce même espace aérien fournissent aux opérateurs les meilleures routes possibles leur permettant de faire des économies en temps et en kérosène. Nadia Lamlili : jeuneafrique.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail