Le Gouvernement justifie la suspension de Fly Caminter par le contexte sécuritaire national

Le ministère des Transports veut une enquête de moralité pour «voir plus clair sur les personnes qui portent désormais le projet».

La décision du Ministre des Transports, Edgar Alain Mebe Ngo’o, est tombée comme un couperet, mercredi 30 mars 2016: «les activités de la compagnie aérienne AQUA 2C, qui entend opérer sous le nom commercial de Fly CamInter sont suspendues à compter du 24 mars 2016 pour non-conformité à la réglementation en vigueur».

De sources proches du dossier au Ministre des Transports, l’on explique que «l’Autorité aéronautique (CCAA, Cameroon Civil Aviation Authority en anglais, ndlr) a délivré le certificat à Fly CamInter en 2014 mais l’an dernier, les actionnaires ont changé. Ce qui nécessite une nouvelle enquête de moralité. Surtout qu’aujourd’hui, le contexte sécuritaire national et international est particulier. Le ministre a donc pensé qu’il faut suspendre toute activité, le temps de voir plus clair sur les personnes qui portent désormais le projet», apprend-on dans les colonnes de Cameroon Tribune, le quotidien à capitaux publics, en kiosque jeudi 31 mars 2016.

Selon le journal, d’autres explications parlent de protectionnisme, question de permettre à la compagnie aérienne nationale à capitaux publics, la Camair-Co, de maintenir l’exclusivité sur les vols domestiques, le temps de se restructurer convenablement. Surtout que «le Gouvernement ne peut pas investir autant de fonds, déplaçant carrément un consultant de la trame de Boeing pour le redressement de la Camair-Co et dans le même temps, permettre qu’on lui fasse concurrence sur les lignes où elle peut se faire de l’argent», rapporte une autre source également proche du dossier.

Du côté de Fly CamInter, l’on préfère ne pas commenter la décision de la tutelle. L’on explique simplement qu’un communiqué officiel est en préparation. A la CCAA, «l’on indique que Fly Caminter est le nom commercial de la compagnie EQUA 2C, qui a reçu sa licence d’exploitation en 2013 et son certificat de transport aérien en 2014. Effectivement, en 2015, il y a eu un changement d’actionnaires. D’où la nouvelle enquête de moralité qui s’impose et dont le résultat est attendu», rapporte Cameroon Tribune.

Contrôlée à 51% par un opérateur économique camerounais, Fly Caminter bénéficie de l’appui technique du Groupe français Regourd Aviation. Elle a reçu en août 2014, l’autorisation de l’Autorité aéronautique pour le transport aérien, notamment la desserte des lignes intérieures du Cameroun. Elle se proposait alors, pour un départ, de desservir les villes de Yaoundé, Douala, Garoua et Maroua, avant d’étendre ses ailes vers d’autres localités, en fonction de la densité de la demande et de la disponibilité des aéroports. © Onana N. Aaron | Cameroon-Info.Net

Écrire commentaire

Commentaires: 0