Aéroport international de Douala: Après les travaux de réfection, la piste mesure désormais 2850 mètres

La piste d’atterrissage de l’aéroport international de Douala est désormais ouverte dans l’entièreté de sa longueur au trafic, après les travaux de réfection qui ont conduit à la fermeture de l’aéroport du 1er au 21 mars dernier. Selon le chef du projet, François Mboulana Bassega, les travaux consistaient exactement à la mise aux normes de la piste d’atterrissage selon les exigences de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale, Ndlr), pour parvenir à la certification. «Aujourd’hui, nous avons une piste d’atterrissage aux normes, prête à l’exploitation par tous les types d’aéronefs», a-t-il confié dans les colonnes du quotidien gouvernemental, Cameroon Tribune, en kiosque lundi 4 Avril 2016.

Le 22 mars dernier, le ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o, avait procédé à la réouverture officielle de 2350 m de piste et la reprise des vols. Les 500 m restant concernaient ainsi la «raquette de retournement du seuil 12». Selon les explications de l’ingénieur Mboulana Bassega, en termes simples, la raquette de retournement, c’est l’endroit où l’avion peut tourner et se mettre en position de décollage. L’avion peut donc maintenant faire un demi-tour pour se positionner soit pour un décollage, soit pour aller au niveau du parking, apprend-on.

Vendredi, on a pu assister aux manœuvres d’appareils de différents gabarits, notamment le demi-tour sur ce bout de piste du MA60 de la compagnie nationale CAMAIR-CO. Ainsi qu’un Boeing 737-700 de la compagnie panafricaine A-Sky Airlines en provenance de Bangui. Ceci pour pour juger de la qualité de l’infrastructure.

Les travaux de réfection de l’aéroport international de Douala ont bénéficié du financement de l’Agence Française de Développement (AFD), à hauteur de 30 milliards de F CFA. D’une capacité d’un million et demi de passagers et cinquante mille tonnes de fret par an, l’aéroport international de Douala accueille environ 500 000 passagers chaque année. Il est la principale porte d’entrée du Cameroun. Onana N. Aaron : AfricaPresse.com       

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail