Air Madagascar évaluée sur site

Une mission d’évaluation technique de l’Union européenne est dans nos murs. L’audit d’Air Madagascar et celui de l’Aviation civile de Madagascar (ACM) figurent dans son programme.

Inspection. Une mission de la Commission européenne est actuellement dans nos murs pour évaluer les actions entreprises aussi bien par Air Madagascar que par l’Aviation civile malgache (ACM), en vue de sortir la compagnie aérienne malgache de l’Annexe B de la liste noire des transporteurs aériens de l’Union européenne. L’avenir de la compagnie nationale dépend des résultats de cette évaluation technique sur site.

La Commission européenne met à jour deux fois par an sa liste noire de compagnies aériennes qui sont interdites de vols en Europe. La première mise à jour se situe normalement durant le premier semestre de l’année et le deuxième vers le mois de novembre.

C’est donc le premier baptême de feu pour le canadien à la tête de la compagnie nationale. Nommé en octobre 2015, Gilles Filiatreault a pour mission principale le redressement d’Air Madagascar, la sortie de la compagnie de cette fameuse liste, et la préparation de la compagnie à faire face à la concurrence en vue de l’Open Sky. Ses vingt années d’expériences en redressement de compagnies aériennes, auront-elles profité à la compagnie nationale   En tout cas, les responsables étatiques restent confiants sur l’avenir d’Air Madagascar. « Que le nom de notre compagnie nationale ne figurera plus sur cette liste avant la tenue du sommet de la Francophonie », soutient un responsable au sein du ministère des Transports.

Gros moyens

Le 2 octobre 2015, une équipe conjointe d’Air Madagascar et de l’ACM s’est rendue à Bruxelles afin de défendre auprès de la Commission de l’Union européenne le dossier de Madagascar, relatif à la sortie de la compagnie nationale aérienne de l’Annexe B.

La mission n’a pas été tout à fait accomplie pour la partie malgache mais les responsables de l’ACM se sont voulus confiants. Jean Charles Ranaivoson directeur qualité auprès de l’ACM avait laissé entendre que si l’Europe n’était pas satisfaite des actions et des démarches mises en œuvre par la partie malgache, elle n’aurait pas décidé de programmer une évaluation technique sur site.

Les inspecteurs de la commission européenne resteront au pays jusqu’à jeudi. Ils passeront au peigne fin les mesures prises pour corriger les anomalies constatées sur les avions de la compagnie. De son côté, l’ACM a mis les bouchées doubles en vue de cette mission d’évaluation. Elle vient de se doter d’une armada de 21 inspecteurs « hautement qualifiés en matière d’aviation civile » afin de garantir la sécurité et la sûreté des opérations aériennes.

Cette inscription dans l’annexe B pénalise non seulement la compagnie dans son activité opérationnelle mais pèse sur les finances. Air Madagascar est inscrite dans cette annexe B depuis 2011 et n’a jamais réussi à en sortir. .lexpressmada.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail