Surveillance aérienne:plus de 345 milliards de francs déjà investis par l’ASECNA(directeur général)

Plus de 345 milliards de francs CFA ont été investis par l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar(ASECNA), pour couvrir la surveillance aérienne des 16 Etats membres, a révélé, le directeur général, Amadou Ousmane Guitteye.

‘’A ce jour plus de 345 milliards de francs CFA, en ressources propres ont été déjà investies pour couvrir les 16 millions de kilomètres carrés sous la surveillance aérienne de l’ASECNA », a précisé, samedi, M. Guitteye, indiquant que ces efforts seront maintenus en 2016.

Il s’exprimait lors d’une conférence de presse, à la veille de la 130e session du Conseil d’administration de l’ASECNA qui s’ouvre ce lundi , à Dakar qui abrite son siége..

‘’L’ASECNA a fait le balisage de toutes les routes aériennes sur le continent. Elle s’est aussi dotée de moyens satellitaires ainsi que de radars qui sont en train d’être installés un peu partout dans les 16 Etats membres pour la surveillance aéronautique », a-t-il expliqué.

Amadou Ousmane Guitteye a annoncé un vaste plan d’investissements stratégiques en vue de moderniser les équipements de surveillance aéronautique.

Selon lui, ce plan d’investissements stratégiques, en cours d’exécution depuis 2011 vise à ‘’moderniser les équipements dans tous les domaines ».

Amadou Ousmane Guitteye, ingénieur aéronautique de formation et ancien ministre malien du transport, a déclaré que le bilan du transport aérien en Afrique, en 2015 n’est pas ‘’négatif ».

‘’Le bilan du transport aérien en Afrique n’est pas négatif. Il y a des compagnies qui s’en sortent bien, c’est le cas de South african, Ethiopian Airways ou Kenyan Airways », a –t-il informé.

Le directeur général de l’ASECNA a plaidé pour l’union des compagnies aériennes africaines, rappelant qu’à la disparition d’Air Afrique ‘’beaucoup de pays ont créé leur propre pavillon national qui n’avait ni les moyens, ni l’envergure de remplacer Air Afrique ».

‘’ Il faut se mettre ensemble. Mettons-nous ensemble. Il n’y a pas de miracle, il faut arrêter nos égoïsmes nationaux .Il faut une volonté politique forte des Etats pour mettre en place une compagnie aérienne commune », a plaidé M. Guitteye.

Le Directeur général de l’ASECNA a aussi évoqué les problèmes sécuritaires qui menacent le secteur.

‘’Il faut de la rigueur dans la maintenance des aéronefs. C’est de la responsabilité exclusive des Etats de s’assurer que les aéronefs mis en circulation sont en bon état. Ce n’est pas à l’ASECNA de faire la police », a-t-il prévenu.

Il a aussi déploré que certaines plateformes aéroportuaires soient, aujourd’hui, complètement envahies par l’urbanisation galopante.

L’ASECNA est formée par 16 Etats : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d’ivoire, France, Gabon, Guinée-Bissau, Guinée-Equatoriale, Madagascar, Mali, Mauritanie, Sénégal, Tchad et Togo. (APS) – MS/ASB : .sen360.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail