Aigle Azur et Air Méditerranée se posent à Dakar qui attire les convoitises

Aigle Azur et Air Méditerranée viennent chacune d’inaugurer un service entre Marseille et Dakar, signalant la nouvelle attractivité de la capitale sénégalaise.

Air Méditerranée relie depuis le 18 décembre 2015 et jusqu’au 06 mai 2016 les aéroports Marseille Provence et Dakar Léopold-Sédar-Senghor à raison d’un vol par semaine en Boeing 737-500 d’une capacité de 131 sièges. Les départs sont programmés les vendredis de Marseille à 12h15 (arrivée à 16h50), le retour s’effectuant de Dakar à 17h40 (arrivée à 00h15 le samedi). Les vols sont exploités à la fois en ligne régulière et en vols touristiques pour le compte des clients tour-opérateurs ou agences de voyage partenaires de la compagnie aérienne.

 

Pour sa part, Aigle Azur a débuté le lendemain son service entre Marseille et Dakar. Les vols sont assurés à raison de deux fréquences par semaine en Airbus A319 de 144 sièges. Les départs de Marseille sont programmés les lundis à 20h15 (arrivée à 00h50 le lendemain) et les samedis à 18h35 (arrivée à 23h10). Les retours depuis Dakar s’effectuent les mardis à 01h50 (arrivée à 08h00) et les dimanches à 00h40 (arrivée à 06h50). La compagnie poursuit son développement en Afrique subsaharienne où elle dessert déjà Bamako au Mali.

Jusqu’à présent, il n’existait pas de liaison directe entre Marseille et Dakar. Les deux compagnies aériennes françaises se font face et apportent une nouvelle concurrence indirecte aux opérateurs qui peuvent proposer la liaison avec un changement d’appareil sur leur hub respectif, notamment Air France, Brussels Airlines, Iberia, Royal Air Maroc, TAP Portugal et Tunisair.

Des liaisons renforcées vers Dakar

Surtout, ces deux services lancés quasiment en même temps témoignent de l’attractivité nouvelle de Dakar.

Sur l’axe Paris-Dakar, Corsair ajoute 4 rotations supplémentaires au mois de février et 5 rotations en mars 2016. La filiale du groupe TUI augmente ainsi son offre de 24% et 17% respectivement par rapport aux mêmes mois de 2015, avec 6.000 sièges supplémentaires.

L’aéroport Montpellier Méditerranée (AMM) a annoncé le mois dernier qu’une ligne vers Dakar est en préparation. Elle était prévue initialement en décembre 2015, mais elle a été repoussée au printemps 2016 en raison « d’un contexte international complexe » et « d’une stratégie commerciale réajustée » selon AMM, partenaire d’ADS, la société qui gère les aéroports du Sénégal.

Reste à voir si ces liaisons nouvelles ou renforcées signalent un renversement de tendance : le trafic entre la France et le Sénégal stagne sur les onze premiers mois de l’année 2015 (0,4 million de voyageurs), soit -0,1% par rapport à la même période de l’année 2014, selon les dernières données publiées par la DGAC. Au mois de novembre, il s’est même effondré de -14,1%.

En dehors de France, Dakar attire aussi les convoitises de Royal Air Maroc, qui ajoute ce 21 décembre un troisième vol quotidien au départ de Casablanca. La mesure a pour effet d’améliorer notamment les liaisons depuis Paris et New York vers la capitale sénégalaise, via le hub de Casablanca.

Dans une moindre mesure, Binter Canarias, basée aux îles Canaries, modifie à partir du 11 janvier 2016 son programme des vols vers Dakar, avec de nouveaux horaires et jours de service. La mesure vise à faciliter les correspondances depuis les Canaries.

Sur les neuf premiers mois de l’année 2015, l’aéroport de Dakar a accueilli 1,4 million de passagers, stable par rapport à l’année précédente. Le Sénégal s’est fixé des objectifs ambitieux pour la croissance de son trafic aérien. Avec la mise en service dans les mois à venir d’une deuxième plateforme à Dakar, l’aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD), le Sénégal s’attend à enregistrer 6 millions de passagers par an en 2020 dans ses différents aéroports, a annoncé en juin dernier le ministre du Tourisme et des Transports aériens du Sénégal, Abdoulaye Diouf Sarr, lors de la 9e Assemblée générale de l’Union des gestionnaires d’aéroports d’Afrique Centrale et de l’Ouest (UGAACO). Cet objectif est porté à 10 millions de passagers pour 2035. airinfo.org

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Receive our trimestrial newsletter by mail