Nouvelles règles européennes pour mieux localiser les avions en cas d’accident

La Commission européenne a adopté mercredi de nouvelles règles pour mieux localiser les avions en cas d’accident, prévoyant notamment des dispositifs de repérage émettant des signaux sur une durée plus longue.

 

Il s’agit de tirer les leçons d’accidents aériens récents comme celui du vol MH370 de la Malaysia Airlines en 2014, dont l’épave n’a toujours pas été retrouvée, ou du vol Air France AF447 Rio-Paris en 2009, abîmé dans l’océan Atlantique. Ces mesures, qui seront mises en oeuvre progressivement, s’appliqueront à tous les transporteurs aériens de l’Union européenne exploitant des avions de transport de passagers de plus de 27 tonnes et de plus de 19 passagers, ainsi qu’aux aéronefs de fret de plus de 45,5 tonnes. « En cas d’accident au-dessus d’une étendue d’eau, elles permettront de localiser rapidement l’épave et de récupérer sans retard les données contenues dans les enregistreurs de bord », explique la Commission européenne dans un communiqué. Il est prévu que les exploitants d’avions mettent un place « un système de suivi de l’aéronef » et que les avions neufs soient « équipés de +moyens automatiques fiables+ pour localiser avec précision l’emplacement du point de fin du vol à la suite d’un accident lors duquel l’avion est gravement endommagé ». La technologie des enregistreurs de bord « sera améliorée et la capacité d’enregistrement de l’enregistreur de conversations du poste de pilotage sera portée de 2 heures à 25 heures », selon ces nouvelles règles. (Belga) .rtl.be

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    TEMPLE (vendredi, 18 décembre 2015 15:14)

    L'autonomie accrue des enregistreurs, notamment pour l'enregistreur de conversations (CVR), ne sera pas suffisante.
    Il est nécessaire de se doter d'un moyen trajectographique instantané permettant le suivi du vol au minimum pendant toute sa phase de croisière. Ce système existe déjà avec les satellites (géolocalisation).
    Ce n'est pas aux exploitants aériens de prévoir de tels systèmes mais plutôt à l'OACI de faire des propositions pour que soit adoptée une règle internationale commune permettant de mettre en œuvre un type de matériel bien défini afin de localiser et retrouver dans les plus brefs délais, les aéronefs en détresse, accidentés ou en perdition.

Receive our trimestrial newsletter by mail