IATA Clearing house – Air Madagascar arrête de cotiser

Air Madagascar a décidé de se passer des services de la Chambre de compensation de l’IATA. Cette mesure la privera de bien des facilités.

Une mesure dictée par des difficultés financières. Air Madagascar a décidé de ne plus payer ses cotisations à la Chambre de compensation de l’Association internationale des transporteurs aériens (IATA – International Air Transporter Association). La compagnie ne voulait pas, hier, indiquer pourquoi elle avait pris cette décision, même si d’aucuns savent que les problèmes financiers se trouvent en première ligne des motifs.

 Depuis plusieurs années, la compagnie survit à coup de subventions et de transferts octroyés par l’État, créant ainsi une hémorragie pour les finances publiques. La source autorisée qui a confirmé l’information, a toutefois tenu à assurer en même temps que « Air Madagascar reste encore membre de l’IATA ».

Répartition

En suspendant sa participation à la Chambre de compensation de l’IATA, Air Madagascar ne pourra plus bénéficier du système d’échange de transports de passagers, notamment lors des correspondances. Jusqu’à ce qu’elle paie à nouveau ses cotisations, qui se chiffrent en millions de dollars par mois, selon une source au courant du dossier, la compagnie aérienne ne pourra plus faire des réservations pour des passagers sur d’autres lignes dont elle n’assure pas l’exploitation. « À moins de payer cash les autres compagnies », confie notre source. Ce qui, compte tenu de l’état de ses finances, ne devrait pas être possible.

La Chambre de compensation de l’IATA permet à ses membres de se répartir les recettes générées par la vente d’un billet d’avion lorsque le vol nécessite des transferts par des compagnies différentes. Ainsi, un passager achète son billet auprès d’une seule compagnie aérienne, mais il peut, sans payer de frais supplémentaires, voyager avec d’autres compagnies aériennes. Il revient à la Clearing house de redistribuer le coût de chaque vol pour chacune des compagnies impliquées, suivant une règle de répartition des recettes. L’IATA regroupe plus de 200 compagnies aériennes et représente plus de 80% du trafic aérien mondial. Lova Rabary-Rakotondravony ; .lexpressmada.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Receive our trimestrial newsletter by mail