Camair-Co: L’Etat exige l’audit avant tout nouveau financement

L’Après la présentation du programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour l’année 2016 par le Premier ministre, Philémon Yang à l’Assemblée Nationale, les membres du gouvernement ont entamé la défense de leur enveloppe budgétaire pour l’exercice 2016 devant les élus de la chambre basse du Parlement camerounais.

Défendant le budget alloué à son département ministériel devant les députés mardi 24 novembre 2015, le Ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o a indiqué que l’Etat n’investira à nouveau sur Camair-Co qu’après l’audit de la compagnie nationale aérienne, apprend-on des colonnes du journal Le Quotidien de l’économie édition du jeudi 26 novembre 2015.

Le Ministre des Transports qui a du coup révélé que c’est le cabinet, Boeing Consulting qui a été retenu pour s’occuper de l’audit de Camair-Co. Une compagnie «malade qui, depuis sa création, traîne des dettes», écrit le journal. D’après Jean Paul Nana Sandjo, directeur général de Camair-Co, «en quatre ans d’activités, l’Etoile du Cameroun traine une lourde ardoise de 33 milliards de FCFA au 31 octobre 2015».

«La compagnie étant lourdement endettée, le gouvernement a voulu voir clair dans la gestion de Camair-Co avant le déploiement de toute nouvelle ressource, de peur d’avoir à investir dans un tonneau des Danaïdes», a expliqué Edgard Alain Mebe Ngo’o aux députés. Selon le Mintrans, «les négociations avec Boeing Consulting sont presque bouclées, et il n’y a plus qu’à attendre ses résultats».

Alors que l’on s’attendait à ce que l’Etat injecte les 30 milliards de FCFA du Plan de restructuration de la compagnie aérienne, validé par la haute hiérarchie, il y a quelques mois, pour permettre à l’entreprise de respirer, les dirigeants de Camair-Co devront donc encore attendre, peut-on lire.

Afin de permettre à Camair-Co d’être compétitif, le Ministre des Transports a annoncé que «de nouveaux avions (au nombre de 06) seront bientôt mis à la disposition de l’entreprise». Mais il faudra encore des tonnes d’efforts aux pouvoirs publics et aux dirigeants de Camair-Co pour hisser la compagnie nationale au rang de compagnies aériennes compétitives sous le ciel camerounais et international, conclut le journal. Ecrit Par AfricaPresse.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail