L’Aéroport International de Douala fermé au trafic de minuit à 15h durant quatre jours cette année et 21 jours en 2016

Du 24 au 27 novembre prochain, l’Aéroport International de Douala sera fermé au trafic aérien en raison des travaux de construction de la deuxième bretelle qui s’y déroulent.

L’annonce est de la direction générale des Aéroports du Cameroun (ADC) dans le quotidien gouvernemental bilingue Cameroon Tribune, édition en kiosque ce mardi 24 novembre 2015. On peut y lire, également, qu’une «fermeture en continue a été effectuée sur ce même aéroport du 21 novembre à minuit au 23 novembre à 15h».

Pour justifier la fermeture partielle de la piste avec pour conséquence l’impossibilité des avions de décoller ou d’atterrir, un responsable technique des ADC a confié au quotidien gouvernemental: «Nous sommes dans une zone critique, une zone qui raccorde à la piste d’atterrissage».

Les travaux actuels, d’un coût global de trois milliards de FCFA supportée par le budget ADC/COM (Contrat d’Objectif Minimum avec l’Etat) comprennent également la réfection partielle des aires de stationnement des avions, selon Jacob Mbargaso Bahayang, le directeur de l’aéroport international de Douala. Selon ce responsable, au mois de mars 2016, précisément du 1er au 21 mars, d’autres travaux, cette fois d’un coût global de près de 15 milliards de FCFA supporté par un prêt de l’Agence Française de Développement (Afd) permettra aux Adc de poursuivre la réhabilitation de l’aire de stationnement ainsi que d’amorcer la réfection de la piste d’atterrissage elle-même.

Ces travaux devraient engendrer la fermeture totale de l’aéroport internationale de Douala «durant la deuxième et la troisième semaine de mars 2016», entraînant du coup pour pallier à tous manquements, le débarquement des passagers à destination de la capitale économique à l’aéroport International de Yaoundé Nsimalen, selon les Adc.

Incidences

Si les passagers débarquant d’habitude à Douala avant d’emprunter le chemin de Yaoundé et qui seront au moins 14 jours durant débarqué à Yaoundé dès le mois de mars 2016 peuvent se frotter les mains ; les autres, ceux dont la destination finale est Douala ou les villes alentours par dessertes, seront pris en charge par les Aéroports du Cameroun.

Les responsables de cette entreprise publique ont annoncé aux équipes de Cameroon Tribune être déjà en discussion avec les principaux acteurs du transport terrestre par train (Camrail) et par routes (compagnies privées), pour assurer à leurs frais le transport des passagers de l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen à Douala.

Tenant compte de ce que la plus grosse capacité des bus de transport interurbain est de 70 places et qu’il y à peine trois ou quatre compagnies de transport terrestre à la qualité de service irréprochable ou professionnelle entre Yaoundé et Douala, il semble évident que l’on s’achemine vers une micro crise du transport interurbain, ou à défaut vers la saturation de l’axe Douala-Yaoundé en mars prochain… le train ne pouvant à lui seul engloutir tous les passagers qui seront crachés par les avions à Nsimalen, vu qu’il a des heures de départ fixes, au contraire des bus qui peuvent être facilement réquisitionnés. © Patrick DONGO | Cameroon-Info.Net

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Recevez notre bulletin trimestriel par e-mail