Affaire Aibd: Ces interminables et coûteux avenants qui ont fâché les autorités

L’Etat du Sénégal n’en peut plus des interminables avenants du constructeur de l’aéroport international Blaise Diagne. En effet, alors que le cout de départ était de 441 milliards soit 672 millions d'euros, il a ensuite littéralement explosé du fait des nombreux avenants que l’entreprise fait signer à l’Etat.

"Lorsque le contrat a été signé il y a eu 3 avenants. Le premier avenant a été signé en 2008 puis en 2011. Le premier avenant n'était pas cher, c'était 1.7 milliard de FCFA, le deuxième avenant c'était 58 milliards, le troisième avenant est venu rajouter 27 milliards, le quatrième avenant, 56 milliards. Et moi même j'ai reçu un avenant de 95 milliards. Vous vous imaginez que dans ces conditions avec une entreprise qui, chaque fois que l'échéance se rapproche, argue de difficultés d'exécution et nous envoie un avenant et commence une situation nouvelle", a fustigé le ministre de l'Economie et des Finances, face aux députés à l’Assemblée nationale ce mardi. 
Aussi, les 206 milliards de FCFA de redevance sur les billets d’avion sont aujourd’hui bloqués dans un compte séquestre alors qu’ils auraient pu servir actuellement à l’Etat du Sénégal. “L’Aibd, au moment où je vous parle, 206 milliards sont dans un compte séquestre à l’extérieur. On a emprunté pour presque 300 milliards mais le chantier est à l’arrêt. On aurait pu faire beaucoup de choses avec les 206 milliards qui sont aujourd’hui dans un compte séquestre. Le coup budgétaire est énorme”, regrette toujours le ministre. Actuellement, les deux parties sont en négociations. “Les négociations sont très avancées et certainement nous arrivons à un accord avec le constructeur Saudi Ben Laden”, indique l’argentier de l’Etat.
 

Auteur: Youssouf SANE - Seneweb.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Receive our trimestrial newsletter by mail