Crash de l’aéronef de Sénégalair : Le rapport qui accable l’Anacim

Plus de trois semaines après la disparition de l’aéronef de Sénégalair, ni les recherches encore moins l’enquête n’ont permis de faire la lumière sur les circonstances véritables de cet accident. Mais un rapport de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique (Asecna) indique que du fait de son état, l’aéronef aurait dû être cloué au sol par l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim).

Selon « Enquête », l’Asecna qui gère principalement la gestion des espaces aériens de ses pays membres avait vu venir la catastrophe étant donné la non-fiabilité de certains instruments de bord de cet aéronef de Sénégalair.

Au-delà de ce constat, l’Asecna a saisi, note le journal, l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim) dont les experts ont pu prendre connaissance du contenu des trouvailles de leurs collègues de l’Asecna. Ce sont surtout les problèmes liés à l’altimètre de l’aéronef. Presque tous s’accordaient sur le fait que cet appareil de Sénégalair deviendrait un danger volant s’il reprenait les airs.

Le problème est que l’aéronef en question signalait aux contrôleurs et aux autres appareils une position où il n’était pas. En clair, il pouvait bien voler à une altitude qui n’est pas la même que celle indiquée par les appareils de mesure. Si bien que les erreurs de calculs inhérents à cette défaillance de l’altimètre l’exposent à des risques plus qu’imminents de collision avec d’autres appareils comme cela semble avoir été le cas le samedi 5 septembre dernier, note « Enquête ».

Source : seneweb.com

Écrire commentaire

Commentaires: 0